Accueil Société

Un Nemmouche retranché derrière son «droit au silence»

Durant les huit interrogatoires, l’accusé avait fait preuve d’une grande maîtrise et d’une étonnante décontraction. Pour l’accusation, l’attitude qu’il a adoptée devant les policiers en dit long sur sa culpabilité.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Détendu, souriant, un brin folâtre : c’est un tout autre Mehdi Nemmouche que le jury, soumis à une séance de projection de près de sept heures d’auditions vidéofilmées, a découvert vendredi. Lui qui depuis trois semaines est appelé à juger un accusé quasiment mutique.

Après son arrestation à la gare Saint-Charles de Marseille, le 30 mai 2014, le détenteur des armes qui ont fait feu à Bruxelles (un revolver et un fusil d’assaut de type Kalachnikov) a été interrogé à huit reprises dans les locaux de la DGSI avant d’être inculpé pour les quatre assassinats à caractère terroriste.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Grand format Agressions sexuelles: une lame de fond partie du cimetière d’Ixelles

En dix jours, deux bars ixellois ont été visés par des dizaines de témoignages de femmes, relatifs à des cas d’agressions sexuelles. Dans le sillage de ces récits, d’autres sont venus mettre en perspective une problématique qui dépasse de loin le quartier étudiant (et plus largement Bruxelles), mettant le monde de la nuit face à ses responsabilités.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs