D1B: Roulers s’impose et laisse la dernière place à OHL (0-1)

D1B: Roulers s’impose et laisse la dernière place à OHL (0-1)
Belga

Le match d’ouverture de la 24e – 10e de la seconde phase- de la Proximus League mettait aux prises les deux derniers du classement général. Grâce à un but d’Arsenio Valpoort, Roulers s’est imposé de justesse sur le terrain d’OH Louvain (90e, 0-1). Ce succès permet aux Roulariens de remonter en 6e position (25 points) au classement général et de coller les Louvanistes à la dernière place (22).

Au classement de la seconde phase, Roulers (12 points) fait un bond en avant. Le club flandrien se hisse en 4e position avec l’Union Saint-Gilloise, qui tentera d’oublier son élimination en Coupe de Belgique face à Lommel, la lanterne rouge (7 points) samedi à 17 heures.

À 20h30, Malines, leader du classement général (49 points), tentera de prendre également la première place de la tranche en battant Westerlo. En effet, les Malinois comptent le même nombre de points (19) mais un but de moins que le Beerschot-Wilrijk, qui se déplace à Tubize dimanche à 16 heures. Septièmes au général (23 points), les Brabançons Wallons occupent la 3e position au classement de la tranche (14).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGIUM-POLITICS-GOVERNMENT-ROYALS-G59FB9OEQ.1

    Coalition fédérale: PS et N-VA ne se rapprochent pas mais ne se quittent plus

  2. Sophie Dutordoir, CEO de la SNCB, et son homologue autrichien Andreas Mattha ont célébré ce lundi l’arrivée du premier train de nuit reliant Vienne et Bruxelles.

    Retour des trains de nuit en Belgique: une solution du passé pour l’avenir ?

  3. «
Le Mercosur vend l’Amazone
», dénonçaient des opposants à l’accord lors d’une manifestation devant l’ambassade du Brésil en Belgique en août dernier.

    Unanimité wallonne contre le traité Mercosur

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite