Bruno Venanzi, président du Standard: «Si le départ de Christian Luyindama était intervenu après Bruges, les réactions auraient sans doute été différentes»

Bruno Venanzi, président du Standard: «Si le départ de Christian Luyindama était intervenu après Bruges, les réactions auraient sans doute été différentes»
Photo News

Le mercato hivernal clos, l’heure est désormais aux bilans. Le président n’a pas échappé à cette tradition et a livré ses analyses à Kevin Sauvage, confrère de la DH. Une semaine après les déclarations impitoyables de Lucien D’Onofrio à son encontre, il a dressé un portrait positif de son club, tant sur les plans financiers que sur la gestion sportive de l’effectif liégeois.

Plusieurs critères pour fixer un prix

Le président du matricule 16 fait connaître sa façon de fixer le prix d’un joueur : « Avec le staff sportif et Olivier Renard, on a une méthodologie qui consiste à déterminer, ensemble, pour chaque joueur et en fonction des possibilités de remplacement en interne, des qualités du joueur et d’autres critères, une fourchette de prix qui évolue au fil de l’année. (…) Le prix fluctuera en fonction de la présence, ou non, de solutions de repli dans le vestiaire. » Et de préciser que « dans le cas de Luyindama, un autre facteur était à prendre en compte : le choix du joueur  ».

Gestion sportive

Par ailleurs, le président du Standard se défend d’avoir déforcé le noyau : « Des solutions sont présentes dans le noyau pour pallier ce départ. ». Il n’a d’ailleurs pas l’intention de remplacer l’international congolais : « Nous avions suffisamment de défenseurs centraux pour en laisser partir un sans devoir recruter un nouveau. Nous avons deux gauchers, Kosanovic et Laifis, que Michel (NDLR : Preud’homme) apprécie énormément. ». Venanzi explique d’ailleurs qu’en cas d’offre intéressante pour Milos Kosanovic, la direction aurait peut-être pu envisager un départ.

Et il revient sur les critiques de certains supporters déçus d’avoir vu partir leur défenseur vedette : « Une partie des supporters se dira qu’après son excellent match à l’Antwerp, c’est se tirer une balle dans le pied de le laisser partir mais si ce départ était intervenu après le déplacement à Bruges, les réactions auraient sans doute été différentes… ». En effet, Luyindama avait été loin d’être impérial lors de cette rencontre, impliqué dans les trois buts encaissés par son équipe.

Pas plus qu’un cadre

Si le Standard a perdu un de ses piliers défensifs, d’autres joueurs clés auraient pu également quitter le club dix fois champion de Belgique. L’homme d’affaires liégeois explique avoir cherché à maintenir une stabilité dans l’équipe : « On a su convaincre plusieurs joueurs de rester et ce, malgré de grosses offres même de pays exotique. On veut progresser lentement et pour ce faire, il faut une stabilité dans l’équipe. C’est pourquoi, en janvier, on avait dit qu’un cadre pouvait partir, mais pas deux. »

Gestion financière

Toujours concernant Christian Luyindama, Bruno Venanzi se justifie : « Il est évident que nous avons des garanties quant au paiement, d’ailleurs, nous avons reçu les trois millions d’euros du prêt. C’était une condition sine qua non. Et nous avons également des garanties pour la suite. Autrement dit, nous sommes gagnants  ».

De façon plus générale, le président estime que « la valeur du noyau d’aujourd’hui est trois fois plus importante qu’il y a trois ans. (…) Financièrement, on est à l’équilibre ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Si le Myanmar annonce des mesures de retour et que le Bangladesh s’engouffre dans la brèche, non seulement peu de Rohingyas sont candidats au retour mais les experts internationaux confirme que les conditions ne sont pas réunies.

    Deux ans après, l’impossible retour des Rohingyas

  2. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

  3. FRANCE G7 SUMMIT

    G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite