Le palmarès des Magritte 2019 en vidéo

Lena Girard Voss a remporté le Magritte du meilleur espoir féminin ©Belga
Lena Girard Voss a remporté le Magritte du meilleur espoir féminin ©Belga

Ce samedi soir, c’est la neuvième cérémonie des Magritte du cinéma. 21 catégories, 21 lauréats et un Magritte d’honneur remis à Raoul Servais, pionnier dans le cinéma d’animation, par les présidents de cette édition, Vincent Patar et Stéphane Aubier. Vous pouvez également consulter la liste complète des nominés.

Une nouveauté : le vote du deuxième tour a été ouvert à une centaine de cinéphiles. Cela va-t-il changer la donne ? Quelle chance a la comédie « caméra cachée » Mon Ket, de François Damiens face aux favoris Girl, de Lukas Dhont, et Tueurs, de François Troukens et Jean-François Hensgens, qui arrivent en tête avec neuf nominations chacun ?

► « Girl » et « Tueurs » dominent les nominations aux Magritte

Les Magritte

Meilleur espoir feminin : Lena dans « Nos batailles »

Meilleur montage : « Nos batailles »

Meilleur espoir masculin : Thomas Mustin dans « Echange des princesses »

Meilleur scenario : Lukas Dhont pour « Girl »

Meilleur premier film : « Bitter flowers »

Meilleure image : Manu Dacosse, « Laissez bronzer les cadavres »

Meilleur décor : « Laissez bronzer les cadavres »

Meilleur court métrage de fiction : « Icare » de Nicolas Boutard

Meilleure musique originale  : « Au temps où les Arabes dansaient », de Simon Fransquet

Meilleur son  : Yves Bemelmans, Benoît Biral, Dan Bruylandt et Olivier Thys pour « Laissez bronzer les cadavres »

Le Magritte d’honneur est remis à Raoul Servais, pionnier du cinéma d’animation

Meilleur second rôle masculin  : Arieh Worthalter dans « Girl »

Meilleur second rôle féminin  : Lucie Debay dans « Nos batailles »

Meilleur réalisation  : Guillaume Senez pour « Nos batailles »

Meilleur film flamand  : « Girl », de Lukas Dhont

Meilleur documentaire  : « Ni juge ni Soumise », de Jean Libon et Yves Hinant

Meilleur film étranger  : « L’homme qui tua Don Quichotte » de Terry Gilliam

Meilleur acteur  : Victor Polster dans « Girl »

Meilleure actrice  : Lubna Azabal dans « Tueurs »

Meilleur film  : « Nos Batailles »

Invalid Scald ID.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Selon son avocat M
e
 Marc Uyttendaele, «
la souffrance de Delphine Boël est toujours là.
»

    Affaire Delphine Boël: la justice et l’ADN ont eu raison du déni d’Albert II

  2. Les dépenses en soins de santé vont augmenter, en raison des coûts technologiques.

    Manifestation nationale: des experts plaident pour refinancer la Sécurité sociale

  3. La technologie ADN permettrait d’étendre ce vaccin à d’autres souches de virus.

    Vaccin anticoronavirus: la course contre-la-montre

La chronique
  • Lettre du Brexit: Cela fait bizarre d’écouter un opéra sans voix

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite