Basket: Mons-Hainaut y a cru face à Anvers, mais s’incline 69-74

Une rencontre à suspense remportée finalement par les Anversois.
Une rencontre à suspense remportée finalement par les Anversois. - Belga

Aux forfaits des titulaires des postes 2 et 5 était venu s’ajouter celui de Moris, victime d’une « gastro ». La seule bonne nouvelle pour Daniel Goethals vient du fait que le serbe Nikolic, véritable plaque tournante de la raquette montoise, commence à retrouver la plénitude de ses moyens. À très court terme, le pivot montois va pouvoir reprendre ses bonnes habitudes sur le terrain.

Big Dan alignait dans son cinq de base Van Caeneghem et son capitaine Justin Cage au poste 3. De son côté, Roel Moors laissait sur la touche Tate, Van Wijn, Dudzinski ainsi que la nouvelle recrue Thompson. Malmenés durant les deux premières minutes (7-3), les Giants inversaient rapidement la tendance grâce à Lee (2x3) : 12-17 (7e). Dominés dans la peinture (16 pts pour seulement 8 à Mons), les Renards ne pouvaient que constater les dégâts causés par les joueurs anversois en provenance du banc : 17-25 (10e).

Intensité défensive

Lors du deuxième acte, les Renards sont revenus dans le parcours grâce à une belle intensité défensive, conjuguée à des mouvements bien conçus en zone avant : 28-30 (14e). Donkor (2x3) et surtout Tate (5 sur 5) ont vite sifflé la fin de la récréation : 37-43 (20e). Même si Anvers n’avait pas donné énormément de possibilités aux Renards, Smith a pu trouver l’ouverture. In fine, Mons-Hainaut restait dans le match malgré la domination des Giants dans la peinture (28 points inscrits) et la kyrielle de points (26 au total) inscrite par les joueurs anversois en provenance du banc.

Abnégation

Après les citrons, Mons faisait preuve d’abnégation pour revenir dans le parcours et rester dans la course (48-48) avant de nouvelles accélérations des Giants : 55-64 (30e). Pas besoin de vous faire un dessin, le coach anversois a pris un malin plaisir à utiliser toutes les options pour contrecarrer les velléités offensives de son adversaire. Lors du dernier acte, BMH rappliquait à 61-64 avant que Lee et Tate ne remettent les Giants dans la course : 64-71 (36e). Ensuite, la mons.arena prenait feu avec un triple de Upshur : 69-71. Un triple de Lee sonnait le glas des espérances montoises. Avant cela, Mons-Hainaut avait raté le coche à plusieurs occasions…

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
La manière dont la politique budgétaire reste conçue globalement en Europe privilégie une rigidité qui n’a aucun sens
», dit Paul Magnette. A ses côtés, Olivier Chastel ne dément pas. © Pierre-Yves Thienpont.

    Le face-à-face: Olivier Chastel et Paul Magnette, pas d’accord, pas distants

  2. Manifestations étudiantes ce 21 mai à Alger comme tous les mardis depuis trois mois.

    Algérie: le chef de l’armée tente de mettre la contestation au pas

  3. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite