Accueil Société

Les voitures ancêtres, un marché très instable

Voici trois ans, la Porsche 911 de type 993 déchaînait les passions au point que les collectionneurs déboursaient jusqu’à 500.000 euros pour en acquérir une. Aujourd’hui, sa cote atteint à peine 150.000 euros. Une chute que connaît aussi la Ferrari Testarossa.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Sur le parking du garage Auto S Edition, boulevard des Alliés, à Dottignies, plusieurs dizaines de voitures d’occasion sont recouvertes d’un épais manteau neigeux. A leurs lignes, on les devine âgées d’une dizaine d’années maximum. A l’intérieur du showroom, l’ambiance est plus chaleureuse grâce aux quelques degrés supplémentaires mais aussi à l’attention prêtée aux véhicules exposés. Rien d’extrêmement rare mais des voitures recherchées des collectionneurs qui ne peuvent pas compter sur une enveloppe sans fond. Des Mercedes des années 60 ou 70, des BMW séries 3 ou 6 qui portent haut leur quarantaine ainsi que des Golf cabriolet de première génération. Des ancêtres qui s’arrachent à des prix allant de quelques milliers d’euros à une quarantaine de milliers d’euros. Rien d’extravagant dans un marché qui ne cesse de connaître des fluctuations.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs