Amazon licencie trois salariés «pro-gilets jaunes»

© Le Soir/Dominique Duchesnes
© Le Soir/Dominique Duchesnes

Trois employés ont été licenciés pour faute grave par Amazon, rapporte Le Parisien. Ils travaillaient pour les plates-formes logistiques d’Amazon à Montélimar et Lauwin-Planque près de Douai.

Leurs torts ? Avoir été trop bavards sur Facebook à propos des gilets jaunes. L’un a écrit : « Franchement, vous gérez, les gens, ne lâchez rien ! ». L’autre a fixé rendez-vous à ses collègues à l’aube devant la porte de son lieu de travail pour partir bloquer un entrepôt voisin, à Lesquin. Un troisième a écrit : « Il faut du renfort et des palettes, les amis ! ».

Amazon se justifie

Sur les lettres de licenciement pour faute grave, Amazon reproche à ses employés d’avoir tenu des propos « d’une singulière gravité (…) en opposition totale aux valeurs de l’entreprise », avoir manqué, également, à leur « obligation de loyauté ».

Contacté par le quotidien français, Amazon explique : « Ces personnes ont été licenciées car elles n’ont pas respecté leurs obligations contractuelles. Mais elles sont libres de leur opinion politique », assure la porte-parole du géant américain, se défendant de toute «  chasse aux gilets jaunes ».

Sur le même sujet
Gilets jaunes
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. d-20180119-3K4JUR 2020-01-14 13:15:56

    Pensions: statu quo sur la Grapa?

  3. belgaimage-161310454-full

    Lettre ouverte au Roi: le temps est venu d’être créatif

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • L’imagination ne suffira pas pour reconstruire l’école francophone

    Note méthodologique concernant les bâtiments scolaires… Ces 22 pages, validées fin de semaine dernière par le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, disent les doutes d’un quintet de ministres face aux toitures qui prennent l’eau, aux murs bourrés d’amiante, aux équipements techniques obsolètes et aux factures énergétiques générées par des infrastructures datant d’une époque où le gasoil de chauffage valait moins de 10 centimes d’euros. Les doutes d’une équipe ministérielle devant un parc immobilier indigne d’une école...

    Lire la suite