Affaire Benalla: Mediapart refuse une perquisition dans ses locaux

© D.R.
© D.R.

Le site d’actualités français Mediapart s’est dit lundi victime d’une tentative de perquisition à la suite de révélations qu’il a publiées la semaine dernière sur Alexandre Benalla, ancien conseiller d’Emmanuel Macron mis en examen (incuplé) pour violences sur des manifestants le 1er mai 2018.

«  Deux procureurs, accompagnés de trois policiers, ont voulu perquisitionner ce matin (lundi, NDLR), à 11h10, les locaux de Mediapart dans le cadre d’une enquête ouverte par le parquet pour (notamment) atteinte à la vie privée de M. Benalla à la suite de nos révélations de la semaine dernière », a tweeté le site d’informations.

« Un acte grave dans l’histoire de Mediapart »

«  Cette enquête, qui vise les enregistrements révélés par Mediapart, est susceptible d’atteindre le secret des sources de notre journal », a-t-il prévenu. «  C’est pourquoi nous avons refusé cette perquisition, un acte inédit – et particulièrement grave – dans l’histoire de Mediapart. »

Selon franceinfo, qui se base sur une source proche du dossier, le procureur n’exclut pas de revenir avec un mandat du juge des libertés et de la détention.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Affaire Benalla
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. MontageFederal

    Le bulletin du gouvernement fédéral: les notes des ministres

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Maria Alyokhina sur scène à Edimbourg en Ecosse, le 15 août 2018.

    Marsha, membre des Pussy Riot: «Il faut choisir de ne pas se taire»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite