Transports en commun, hôpitaux, bpost: les services qui seront en grève le 13 février

© Belga
© Belga

Les syndicats ont annoncé une grève nationale le 13 février face à l’échec des négociations salariales. Les syndicats réclament une hausse des salaires, une hausse des allocations et pensions, de meilleures conditions de fin de carrière et de meilleures possibilités de combiner vies professionnelle et privée.

Le Conseil Central de l’Économie a fixé à 0,8% la marge de progression salariale en plus de l’indexation. Aux yeux des syndicats, cette marge est insuffisante.

Grève dans les administrations locales

La CGSP administrations locales et régionales prendra part à la grève nationale du 13 février, organisée en front commun syndical, a fait savoir le syndicat socialiste. L’impact sur les services fournis sera «assez sensible», selon le syndicat.

Sont concernés entre autres les communes, les CPAS, les provinces, les pompiers, les polices locales et fédérale, les hôpitaux locaux, les intercommunales...

Grève des transports en commun

Les syndicats de la SNCB, mais aussi des TEC, de la Stib et de De Lijn, participeront à la grève nationale. Des préavis de grève ont été déposés en ce sens.

« Nous faisons partie de la FGTB nationale et donc nous prenons part à l’action décidée la semaine dernière au bureau national. Notre préavis de grève a été envoyé à la SNCB », explique Ludo Sempels, de la CGSP-Cheminots. La grève touchera le rail dès le 12 février à 22h jusqu’au 13 février, même heure, a confirmé le syndicat socialiste CGSP Cheminots.

La SNCB mettra en place un service minimum comme le prévoit désormais la loi.

Brussels Airlines annonce la suppression de certains vols

Brussels Airlines a annoncé la suppression de plusieurs vols le 13 février prochain lors de la grève nationale. La compagnie compte ainsi annuler 28 de ses 222 vols prévus.

« Les passagers ont déjà été informés et ‘rebookés’ sur d'autres vols », a expliqué Wencke Lemmes, porte-parole de la compagnie belge. «Mais nous attendons d'avoir davantage d'informations, notamment sur la participation à ce mouvement des contrôleurs aériens, pour adapter notre programme de vol », poursuit-elle.

Brussels Airline pourra-t-il correctement opérer ce jour-là ? «Cela reste assez flou pour le moment et nous espérons avoir ces informations le plus rapidement possible pour pouvoir trouver des solutions pour nos passagers », a-t-elle expliqué. Des pertubations sont également attendues à l’aéroport de Charleroi. Le Setca estime que l’aéroport « pourrait être pour la première fois perturbé de manière significative ».

Pas d’appel à la grève chez bpost

Les syndicats au sein de bpost ont déposé un préavis de grève en vue de la grève nationale du 13 février mais ils ne lancent pas d’appel à la grève.

«Un préavis de grève est déposé, donc quiconque voudra participer sera couvert», explique Jean-Pierre Nijns, de l’aile flamande de la CGSP. «Mais nous n’allons pas spécifiquement appeler à participer à la grève pour des problèmes liés à Bpost.»

Le syndicat rappelle que le personnel de l’entreprise postale s’est déjà fortement mobilisé, fin 2018, avec plusieurs jours de grève en novembre. In fine, une convention collective de travail a été conclue avec la direction.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  2. «
La manière dont la politique budgétaire reste conçue globalement en Europe privilégie une rigidité qui n’a aucun sens
», dit Paul Magnette. A ses côtés, Olivier Chastel ne dément pas. © Pierre-Yves Thienpont.

    Le face-à-face: Olivier Chastel et Paul Magnette, pas d’accord, pas distants

  3. Manifestations étudiantes ce 21 mai à Alger comme tous les mardis depuis trois mois.

    Algérie: le chef de l’armée tente de mettre la contestation au pas

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite