Venezuela : Guaido accuse les militaires de vouloir «voler» l’aide humanitaire

Venezuela : Guaido accuse les militaires de vouloir «voler» l’aide humanitaire

L’opposant Juan Guaido, autoproclamé président par intérim du Venezuela, a accusé lundi l’armée de vouloir «voler» l’aide humanitaire destinée à son pays pour qu’elle soit distribuée par le gouvernement de Nicolas Maduro.

«Nous avons reçu des informations de l’entourage du haut-commandement (militaire) selon lesquelles ils ne sont pas en train de décider s’ils laissent passer ou non (l’aide humanitaire), mais comment ils vont la voler», a déclaré l’opposant lors d’une conférence de presse à Caracas, au cours de laquelle il a remercié les 19 pays européens qui l’ont officiellement reconnu lundi.

«Ils vont la confisquer pour la distribuer à travers les CLAP», a-t-il accusé, en référence à un programme du gouvernement de vente d’aliments à des prix subventionnés dans les quartiers populaires.

L’opposant, qui accuse Maduro d’être un «usurpateur» et conteste le résultat de l’élection à l’issue duquel le dirigeant socialiste a été réélu pour un deuxième mandat, en a appelé à «la conscience des militaires» pour qu’ils laissent passer les vivres et les médicaments, alors que le pays, jadis le plus prospère d’Amérique latine, est frappés par de graves pénuries.

Grande mobilisation

Juan Guaido a confirmé que de l’aide humanitaire était collectée en Colombie et au Brésil, deux pays frontaliers avec le Venezuela, et dans une île des Caraïbes dont le nom n’a pas été révélé. Les États-Unis ont indiqué ce week-end qu’ils participeraient au transport de l’aide à la demande du chef de l’opposition.

Le président Maduro a refusé à plusieurs reprises l’envoi de toute aide humanitaire au Venezuela, un moyen, selon lui, de faciliter une invasion militaire menée par les Etats-Unis pour le renverser.

«Vous voulez transformer notre patrie en une colonie de mendiants ? Nous rejetons le spectacle bon marché de l’oligarchie», a-t-il répété lundi.

Selon Juan Guaido, cette aide sera destinée dans «une première étape» aux «habitants les plus pauvres», soit entre 250.000 et 300.000 Vénézuéliens qui sont, selon lui, «en train de mourir» de malnutrition et faute de médicaments.

Il a également appelé à une «grande mobilisation pour protéger cette aide humanitaire».

Dans son bras de fer avec Nicolas Maduro, le président du Parlement, 35 ans, soutenu par Washington, une douzaine de pays d’Amérique latine et désormais une grande majorité de pays européens, a appelé à plusieurs manifestations contre le gouvernement depuis le 21 janvier.

Ces mouvements de protestation ont fait 40 morts et 850 personnes ont été arrêtées, pendant la première semaine de manifestations, selon l’ONU.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Song Ji Won, une machine de guerre. En plus, elle a l’air de s’amuser, ce qui donne à l’ensemble un aspect réjouissant
!

    Reine Elisabeth: Ji Won Song, la force de la simplicité

  2. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

  3. La cour et les jurés ont fait une véritable plongée dans la misère d’une famille carencée.

    Valentin Vermeesch a passé sa courte vie à essayer d’être aimé

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite