Le «Flagey Piano Days», entre fidélités et aventures

Dans cet article
Vikingur Olafsson.
Vikingur Olafsson.

Première ligne de force des nouveaux interprètes : un souci de concevoir un programme de concert comme la création d’une œuvre nouvelle. La confrontation des genres ou des compositeurs créant des sensations nouvelles. C’était la démarche suivie par Paul Lewis dans son pèlerinage Beethoven-Brahms-Haydn ou par les atmosphères secrètes d’Hélène Grimaud dans son CD Memory dont elle nous offre de larges extraits complétés par un de ses grands chevaux de bataille, la 2e sonate de Rachmaninov.

Le mélange des genres

David Greilsammer va plus loin et réinvente une œuvre nouvelle autour du concept de « labyrinthe », d’après l’œuvre du compositeur norvégien Ofer Pelz, en parsemant les courtes pièces de Par les sentiers herbeux de Janacek d’incises imprévues.

Mais c’est aux confins du classique et des autres genres que les choses semblent désormais se passer.

En ouverture, le pianiste italien Stefano Bollani, qui a enregistré Gerswhin avec Chailly, révèle son monde aux confins du jazz et du classique. Une entrée en matière idéale pour un déferlement d’options novatrices, mêlant piano et électronique, qui va lui succéder. Pappy Ackroyd, partenaire du Hidden Orchestra, d’Hauschka et de Niels Frahm, autoproduit seule son nouvel album sur le label de Björk. Niklas Paschburg s’abandonne, tout comme Brahms, à la rêverie sur les rives de la mer Baltique. Martin Kohlstedt privilégie, lui, l’énergie et l’intensité qu’il utilise pour recréer dans l’instant la musique qu’il joue. Et chaque fois, l’inspiration prend une dimension immédiate avec ces musiciens pour lesquels l’improvisation est un langage courant.

Avec son festival, Flagey a décidé de rugir dans la nouvelle avant-garde. Allez l’écouter !

Nos coups de cœur

Par Serge Martin

Vikingur Olafsson, Bach

Il y a un peu plus d’un an, son CD (DG) Philip Glass nous a pris par surprise. Olafsson offrait à ce compositeur une imagination que l’on n’associait pas à la musique répétitive. Cet automne, chez ce même éditeur, ce jeune pianiste islandais appliquait le même procédé d’associations d’œuvres courtes mais variées au clavier de Jean Sébastien Bach qui soudain brille de mille feux. Avec une liberté quasi improvisatrice.

Samedi à 14 h

Katia et Marielle Labèque

Katia et Marielle Labèque interpréteront un programme consacré à Phil Glass avec lequel elles ont collaboré étroitement pour de nombreuses œuvres musicales.

Samedi à 22 h

Kozhukhin, Mangova, Rachmaninov

Rachmaninov est le prince des pianistes. Ils seront deux à la servir avec l’OPRL et John Axelrod. Plamena Mangova dont la profondeur du son et le sens de la narration feront certainement un sort aux tribulations de la Rhapsodie sur un thème de Paganini. Et, dans le fameux 2e concerto, Denis Kozhukhin, le plus cultivé de tous les lauréats, qui sait mettre une technique souveraine au service d’une interrogation en profondeur des œuvres. Et de plus, il nous offre une masterclass le 11 à 14 h.

Dimanche à 14 h

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-CRASH-HELICOPTER-KOBE-BRYANT (2)

    Décès de Kobe Bryant: le Black Mamba ne mordra plus

  2. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Vraiment, nous vivons en de sombres temps

    Auschwitz, il y a 75 ans. Si une angoisse particulière s’ajoute cette fois, c’est que cette commémoration a des allures de paratonnerre. Comme si, en dénonçant à nouveau les horreurs innommables que des hommes ont pu faire subir à d’autres hommes, on tentait de conjurer le sort pour, si pas le présent, du moins un futur peut-être proche.

    « J’aimerais pouvoir assurer que nous, les Allemands, avons appris de l’Histoire une fois pour toutes. Mais je ne peux dire cela alors que la haine se répand....

    Lire la suite