«C’est une honte, la ministre flamande de l’environnement ment», fustige la jeune militante Anuna De Wever

© Le Soir
© Le Soir

L a ministre Joke Schauvliege (CD&V) ment lorsqu’elle dit qu’il existe un complot derrière la mobilisation pour le climat », a taclé la jeune Anuna De Wever, la co-initiatrice du mouvement « Youth for Climate ».

La ministre flamande de l’Environnement a remis en question la spontanéité des manifestations des jeunes pour le climat et a menti sur des déclarations que lui aurait faites la Sûreté de l’État.

« Je me suis laissée entraîner par l’émotion », explique Joke Schauvliege

« J’ai d’abord rigolé très fort »

La jeune flamande, qui n’a aucun lien de parenté avec Bart De Wever, a d’ailleurs rigolé lorsqu’elle a entendu les propos de la ministre. « J’ai d’abord rigolé très fort. Je l’ai aussi pris comme un compliment. Si elle pense à quelque chose d’aussi important que le complot, c’est que notre action a du poids », a-t-elle affirmé sur Radio 1. « Je pense aussi que c’est une honte car c’est un pur mensonge », a ajouté la militante.

La ministre Joke Schauvliege ne s’est pas présentée au Parlement flamand

Elle considère aussi les propos de Joke Schauvliege comme une insulte aux jeunes qui manifestent dans les rues en faveur du climat. « Nous n’avons jamais été approchés par des politiques, cela n’a aucun sens », a-t-elle assuré en affirmant qu’elle restait toutefois ouverte à une collaboration avec la ministre Schauvliege.

Sur le même sujet
Bart De Wever
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des manifestants se heurent aux forces de police à l’aéroport de Barcelone après l’annonce de la condamnation des leaders indépendantistes.

    La Catalogne bloquée après la condamnation des leaders indépendantistes

  2. PHILIPPE CLOSE

    Philippe Close au «Soir»: «Ce qui s’est produit avec Extinction Rebellion est un échec pour tout le monde»

  3. Les forces spéciales américaines ont quitté leurs alliés kurdes du Nord de la Syrie après la décision de leur «
Commander in chief
». Une décision que beaucoup d’entre eux déplorent.

    Quand Trump provoque le triomphe d’Assad, de Poutine et d’Erdogan

La chronique
  • Allô, c’est Donald Trump à l’appareil!

    Avant de décider de lâcher les Kurdes, Trump avait longuement palabré avec Erdogan au téléphone.

    « Allô, ici Trump… ! »

    On imagine la scène : « Allô Erdogan, le président des Etats-Unis au bout du fil. Voilà, j’ai un service à vous demander. J’ai un problème avec une certaine Elizabeth Warren qui prétend vouloir se présenter contre moi. C’est une folle, c’est une hystérique, c’est une communiste. Et, en plus, c’est une démocrate et c’est une femme. C’est dire ! Mais il paraît qu’elle devient dangereuse. Vous n’auriez pas quelque chose en réserve contre elle, la preuve que lors d’un déplacement touristique à Istanbul elle a refusé de se déchausser dans une mosquée ou qu’elle n’a pas payé sa note d’hôtel ? Si vous me trouvez ça, promis, je retire mes troupes de la frontière syrienne et les Kurdes, je vous les livre, tout chaud ».

    ...

    Lire la suite

  • Nethys: le chaînon politique manquant

    Et voilà donc la vérité selon Stéphane Moreau. Après que tous les médias ont sollicité durant des années sans relâche une interview de l’homme fort de la galaxie Nethys, on ne peut que remarquer la multiplication des communications de ce week-end.

    Mais l’essentiel n’est pas là. Ce dimanche, un fantôme occupait une place centrale dans l’exposé de Stéphane Moreau, et c’est bien embêtant car ce fantôme est un élément clé du dispositif qui fait de Nethys, contrairement à ce qu’en dit le manager, un...

    Lire la suite