États-Unis: un infirmier plaide «non coupable» du viol d’une femme invalide qui a accouché d’un petit garçon

États-Unis: un infirmier plaide «non coupable» du viol d’une femme invalide qui a accouché d’un petit garçon

Un infirmier accusé d’avoir violé une patiente très lourdement handicapée, confondu par son ADN après qu’elle eut donné naissance à un bébé en décembre, a refusé mardi de reconnaître les faits devant un tribunal de Phoenix (Arizona, ouest).

>États-Unis : dans un hôpital, une patiente dans un état végétatif depuis 14 ans donne naissance à un garçon

Menotté et vêtu de la combinaison orange des détenus, Nathan Sutherland, 36 ans, s’est contenté de décliner son état civil devant le tribunal du comté de Maricopa, avant que son avocat ne plaide « non coupable » des crimes de viol et abus sur un adulte vulnérable pour lesquels il est poursuivi.

« Comme vous et moi, M. Sutherland a droit à un procès équitable », a lancé à la presse l’avocat, David Gregan, à l’issue de cette très brève audience.

Infirmier agréé, Nathan Sutherland a été arrêté le mois dernier par la police de Phoenix dans le cadre d’une enquête ouverte après l’accouchement d’une femme de 29 ans. La victime a mis au monde un petit garçon dans un centre de soins de la ville alors que, selon un communiqué de la famille de la jeune femme, elle « a un handicap mental important à cause de crises survenues tôt dans son enfance ».

Elle « ne peut pas parler mais a une petite capacité à bouger ses membres, sa tête et son cou », « répond aux bruits et est capable de montrer des expressions faciales », précise la famille, qui appartient à la tribu apache locale et prend désormais soin du bébé. Les médias américains avaient d’abord rapporté que la victime se trouvait dans le coma.

Pas de consentement

L’ADN de Nathan Sutherland correspond à celui de l’enfant, soulignent les autorités judiciaires.

Mais son avocat a estimé après l’arrestation que « les preuves sont minces » contre son client et manifesté son intention de demander un nouveau test ADN indépendant.

Le personnel du centre de soins Hacienda HealthCare, où Nathan Sutherland était employé depuis 2012, a assuré ignorer que la jeune femme était enceinte jusqu’au moment où l’accouchement s’est déclenché.

M. Sutherland est « un infirmier agréé qui était responsable des soins à la victime au moment de l’agression sexuelle », avait expliqué la cheffe de la police de Phoenix, Jeri Williams, précisant n’avoir jamais fait face à un tel cas en plus de 30 ans de carrière.

La victime « n’était pas en mesure de donner son consentement », a précisé la police.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20181016-3P4RLN 2018-10-16 16:22:49

    Pourquoi tant de personnes âgées se privent de soins dentaires

  2. Tom Van Grieken (président du Vlaams Belang) et Jan Jambon (N-VA).

    N-VA – Vlaams Belang, le nouvel axe qui inquiète à la Chambre

  3. Dans son Rapport mondial, l’Onusida indique que dans plus de la moitié des pays, moins de 50 % des populations clés ont eu accès à des services combinés de prévention du VIH.

    Le sida marque le pas, mais la lutte patine

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Par Frédéric Larsimont

    Robert Waseige, pour l’amour du 4-4-2 et du bon mot

    Waseige était ainsi fait, caractérisé – parfois jusqu’aux excès de la caricature – par les instantanés captés au vol par le grand public. Lequel, au fil des décennies, les imprimés dans la mémoire collective.

    Robert Waseige était donc un peu tout à la fois. Il était cette robustesse incarnée par son physique trapu d’ancien défenseur, contrastant avec d’étonnantes fragilités, insoupçonnables, lorsqu’il ouvrait soudain son âme lors d’entretiens prolongés. Il était aussi ses saillies passées à la postérité, d’une férocité parfois carnassière. Il était...

    Lire la suite