Une étude de l’Université d’Anvers prouve que la Premier League n’est pas faite pour les jeunes joueurs belges

Une étude de l’Université d’Anvers prouve que la Premier League n’est pas faite pour les jeunes joueurs belges
Photo News

D’après les résultats publiés par Het Laatste Nieuws et l’Université d’Anvers, les jeunes talents belges qui restent dans le championnat national auraient un plus bel avenir que ceux qui partent évoluer à l’étranger et principalement en Angleterre. « À l’âge de 17 ans, Tielemans a commencé à prendre des minutes avec Anderlecht alors que Musonda n’a pas joué à Chelsea », peut-on lire dans l’étude.

Beaucoup de clubs anglais (dont la Premier League) sont à l’affût pour dénicher les talents de notre plat pays. La preuve : d’après les chiffres de l’étude, entre 2005 et 2018, Chelsea, Liverpool ou encore Manchester City ont suivi près de 83 jeunes Belges.

« Aller en Angleterre pour se développer et lancer votre carrière de footballeur peut avoir des effets négatifs, explique Matteo Balliauw, un des chercheurs de l’université d’Anvers, interrogé par le quotidien flamand. Non seulement en termes de valeur marchande et de salaires, mais également en termes de performance et de développement sportifs. Il y a un manque d’expérience et de maturité. C’est mauvais pour un jeune footballeur, surtout dans un environnement difficile et compétitif. Les chiffres que nous avons obtenus auprès de la société néerlandaise SciSports montrent que vous mettez votre carrière en péril si vous prenez cette décision de partir trop tôt. Les chances d’atteindre le noyau de l’équipe première sont moindres ».

Une moyenne d’âge de 23 ans

Les 17 Belges présents en Premier League sont partis pour l’Angleterre alors qu’ils avaient environs 23 ans. Dix jeunes sont allés rejoindre le championnat anglais avant leurs 18 ans et sur ces dix, deux ont plus ou moins répondu aux attentes : Boyata et Denayer. Cependant, ces deux joueurs ne jouent actuellement plus en Premier League. « De nombreux joueurs envisagent un transfert en Angleterre à cause des propositions financièrement intéressantes, mais il s’avère que ce n’est pas un bon choix à long terme », argumente l’ancien joueur de football professionnel Stijn Francis.

Une étude qui pourrait permettre aux clubs belges de se faire une belle publicité.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

  2. d-20190920-3W685Y 2019-09-20 08:13:25

    Nethys: une semaine de révélations dans «Le Soir»

  3. d-20190830-3VTLPV 2019-08-30 11:01:52

    Les racines élémentaires de Patrick Dewael: «Mon libéralisme doit tout à ma famille et à Verhofstadt»

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite