Un Bruxellois retrouvé vivant 20 ans après sa disparition: il ne souhaite pas que sa nouvelle identité soit révélée

© Belga
© Belga

Simon Lembi, qui avait disparu en 1999 à l’âge de 14 ans, a été retrouvé sain et sauf. Il avait en réalité fui une situation familiale difficile en Belgique. L’homme de 33 ans possède désormais une autre identité, a indiqué le parquet de Bruxelles mercredi en fin de matinée. Par respect pour la vie privée de celui-ci, aucune information n’a été dévoilée sur sa nouvelle vie.

C’est sur base du témoignage d’un proche de Simon Lembi que ce dernier a pu être retrouvé. En novembre dernier, l’enquête a été relancée grâce à ce témoignage.

Sa mère a tenté de le retrouver, sans l’aide de personne

Une personne proche de lui a fait le lien entre celui qu’elle connaît aujourd’hui et le garçon de 14 ans disparu en 1999 sous le nom de Simon Lembi. Un nouveau portrait de ce dernier a été réalisé et l’homme a pu être localisé.

«Au mois de novembre 2018, la cellule des personnes disparues de la police fédérale a été contactée par une personne qui indique être un proche de Simon Lembi, que celui-ci vivrait sous une autre identité à l’étranger. Différents devoirs d’enquête ont donc été menés de concert par la cellule des personnes disparues de la police fédérale et les policiers de la zone de police Bruxelles-Midi afin d’effectuer les vérifications utiles (comparaison de portrait, date et lieu de naissance, etc.). Dans la mesure où ces devoirs ont été concluants, les enquêteurs ont auditionné l’intéressé qui a admis être effectivement Simon Lembi», ont expliqué Denis Goeman et Ine Van Wymeersch, porte-parole du parquet de Bruxelles.

Des questions sans réponse

Comment l’adolescent a-t-il pu quitter la Belgique en étant mineur? Où a-t-il ensuite débuté une nouvelle vie? Ces questions sont actuellement sans réponse. Le parquet de Bruxelles n’a rien communiqué à ce propos par respect pour la vie privée de l’homme retrouvé.

«Il explique avoir disparu volontairement à la fin de l’année 1999, de sa propre initiative dans la mesure où le climat familial ne lui convenait pas. Vingt ans plus tard, il souhaite que ni son identité actuelle ni l’endroit où il réside ne soient révélés. Il s’agit du respect qui est dû à sa vie privée. Nous pouvons néanmoins indiquer qu’il est actuellement en bonne santé et que sa famille en Belgique a été avertie de la résolution positive du dossier», ont précisé les porte-parole.

Ceux-ci ont rappelé qu’un dossier de disparition n’est jamais clôturé. «Il y a donc toujours un espoir d’aboutir», a affirmé Denis Goeman. Il existe encore six dossiers de disparition de mineurs datant d’avant 2000 qui ne sont pas résolus.

Simon Lembi était arrivé d’Angola en Belgique, avec sa famille, une dizaine de jours seulement avant sa disparition, en 1999. Sa mère s’était installée, avec ses trois enfants dont Simon était l’aîné, dans un logement social près de la Barrière de Saint-Gilles.

Le vendredi 12 novembre 1999 vers 17h00, celui-ci avait insisté auprès de sa mère pour aller regarder la télévision dans le seul endroit qu’il connaissait à proximité de leur logement, un centre d’accueil situé rue de Parme.

Le jeune homme s’y était rendu et n’était jamais revenu.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chaque jour, un «
prix maximum autorisé
» est un plafond, propre à la Belgique, que les enseignes n’ont pas le droit de dépasser. Il est calculé et communiqué chaque jour ouvrable par le SPF Economie.

    Carburant: pourquoi les prix varient-ils d’une station à l’autre?

  2. Des missiles balistiques intercontinentaux RS-24 défilent sur la Place Rouge, à Moscou, le 7 mai 2019.

    Faut-il craindre les «supermissiles» de Vladimir Poutine?

  3. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

La chronique
  • Vous avez de ces mots: {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite