Sexisme: un essai pédagogique sur les insultes faites aux femmes reçoit les honneurs parlementaires

© Frédérique Mahy
© Frédérique Mahy

La linguiste Laurence Rosier a reçu mercredi le prix de l’enseignement et de l’éducation permanente du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour son livre « De l’insulte… aux femmes », qui décortique de quelle façon les femmes ont été et sont toujours une cible privilégiée des insultes.

« Forte de son engagement féministe et de sa méthodologie professionnelle, Laurence Rosier montre combien ce processus n’est pas innocent et les conséquences qu’il peut avoir sur la construction de la pensée », selon l’assemblée, qui remet tous les deux ans ce prix d’un montant de 5.000 euros.

L’édition 2018 du prix mettait l’accent sur la thématique de l’égalité entre les femmes et les hommes et les droits des femmes.

Née en 1967, Laurence Rosier est professeure de linguistique, d’analyse du discours et de didactique à l’Université Libre de Bruxelles (ULB). Elle est autrice et co-autrice d’ouvrages sur la langue française, la citation, la ponctuation, l’insulte. Elle a aussi été commissaire de l’exposition « Salope et autres noms d’oiselles » (Bruxelles et Paris) et a organisé « L’Expo Porno » à l’ULB.

Un jury de spécialistes et de politiques

Une cinquantaine d’ouvrages avaient été reçus pour le Prix. Les deux autres finalistes étaient « Femmes et hommes dans l’histoire, un passé commun », du collectif 100 % féminin (Claudine Marissal, Eliane Gubin, Anne Morelli et Catherine Jacques) et «  À la conquête de nos droits. Une histoire plurielle des luttes en Belgique », de l’Institut d’Histoire ouvrière, économique et sociale.

Le jury était composé de spécialistes de l’édition, de l’enseignement et de députés.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Pour l’heure, entre syndicats et patrons du secteur, la confiance est au plus bas. En attendant le personnel continue de trinquer.

    Pourquoi les blouses blanches arrêtent le travail ce jeudi

  3. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite