Aéroport, centres commerciaux, bpost...: l’impact de la grève du 13 février se veut maximal à Charleroi

Image d’illustration ©Belga
Image d’illustration ©Belga

À Charleroi, l’impact de la grève nationale du 13 février se veut maximal. L’aéroport sera à l’arrêt complet : sans Belgocontrol, aucun vol ne décollera de Gosselies ce jour-là. Des piquets seront également organisés devant les centres commerciaux de Ville 2, City Nord et pour la première fois de Rive Gauche, ont annoncé mercredi les syndicats qui faisaient le point sur la mobilisation en front commun.

Toutes les centrales seront mobilisées pour cette grève nationale. «  Le but est de montrer au gouvernement Michel que les travailleurs refusent de se laisser faire. La FGTB, la CSC et la CGSLB ont en effet constaté que leur marche de manœuvre se réduisait à chaque concertation. Ils critiquent surtout le cadre légal restreint dans lequel ils peuvent négocier (hausse maximale salariale de 0,8 %). Un montant ridicule », selon Fabrice Eeklaer, secrétaire fédéral pour la CSC à Charleroi.

Un mouvement inclusif

Le mouvement se veut aussi inclusif. Les syndicats ont entendu les revendications des « gilets jaunes » et des « marches pour le climat » et invitent les manifestants de différentes sensibilités à se joindre à la grève. Pour Vincent Pestieau de la FGTB, il est de temps de faire « converger les luttes ».

► Transports en commun, hôpitaux, bpost : les services qui seront en grève le 13 février

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des manifestants se heurent aux forces de police à l’aéroport de Barcelone après l’annonce de la condamnation des leaders indépendantistes.

    La Catalogne bloquée après la condamnation des leaders indépendantistes

  2. PHILIPPE CLOSE

    Philippe Close au «Soir»: «Ce qui s’est produit avec Extinction Rebellion est un échec pour tout le monde»

  3. Les forces spéciales américaines ont quitté leurs alliés kurdes du Nord de la Syrie après la décision de leur «
Commander in chief
». Une décision que beaucoup d’entre eux déplorent.

    Quand Trump provoque le triomphe d’Assad, de Poutine et d’Erdogan

La chronique
  • Allô, c’est Donald Trump à l’appareil!

    Avant de décider de lâcher les Kurdes, Trump avait longuement palabré avec Erdogan au téléphone.

    « Allô, ici Trump… ! »

    On imagine la scène : « Allô Erdogan, le président des Etats-Unis au bout du fil. Voilà, j’ai un service à vous demander. J’ai un problème avec une certaine Elizabeth Warren qui prétend vouloir se présenter contre moi. C’est une folle, c’est une hystérique, c’est une communiste. Et, en plus, c’est une démocrate et c’est une femme. C’est dire ! Mais il paraît qu’elle devient dangereuse. Vous n’auriez pas quelque chose en réserve contre elle, la preuve que lors d’un déplacement touristique à Istanbul elle a refusé de se déchausser dans une mosquée ou qu’elle n’a pas payé sa note d’hôtel ? Si vous me trouvez ça, promis, je retire mes troupes de la frontière syrienne et les Kurdes, je vous les livre, tout chaud ».

    ...

    Lire la suite

  • Nethys: le chaînon politique manquant

    Et voilà donc la vérité selon Stéphane Moreau. Après que tous les médias ont sollicité durant des années sans relâche une interview de l’homme fort de la galaxie Nethys, on ne peut que remarquer la multiplication des communications de ce week-end.

    Mais l’essentiel n’est pas là. Ce dimanche, un fantôme occupait une place centrale dans l’exposé de Stéphane Moreau, et c’est bien embêtant car ce fantôme est un élément clé du dispositif qui fait de Nethys, contrairement à ce qu’en dit le manager, un...

    Lire la suite