Le chômage économique des ouvriers «historiquement bas» en 2018

Le chômage économique des ouvriers «historiquement bas» en 2018

Le chômage économique des ouvriers a atteint un niveau historiquement bas en 2018, avec seulement 0,60% des heures ouvrables qui n’ont pas été prestées pour cette raison, indique jeudi le prestataire de services RH Acerta sur base de données recueillies auprès de 32.000employeurs du secteur privé.

Le taux de chômage économique est passé de 0,73% en 2017, un niveau qui était déjà faible, à 0,60% l’an dernier. «Cela signifie qu’en moyenne, pendant toute l’année2018, un ouvrier a passé moins d’un jour et demi à la maison en raison du chômage économique», illustre Acerta.

Le prestataire de services de ressources humaines relève toutefois un bémol: si le taux de chômage économique est traditionnellement plus élevé au quatrième trimestre, la hausse pour fin 2018 est «marquante». Lors des trois derniers mois de l’année dernière, il s’est élevé en moyenne à 0,86% du nombre de jours de travail, avec un pic de 0,97% en décembre. «Ce taux de chômage économique est toujours très réduit, mais il s’agit bien d’une augmentation qui signale que nous devons rester vigilants. Cette hausse pourrait souligner que la croissance économique s’enlise. Face aux chiffres relatifs au travail intérimaire qui indiquent la même direction, le feu de la croissance économique passe à l’orange», commente Olivier Marcq, juriste chez Acerta, cité dans un communiqué.

Le chômage dépend de la taille de l’entreprise

L’augmentation du taux de chômage économique au quatrième trimestre 2018 s’observe dans tout le pays mais est plus prononcé en Flandre: 1,01% contre 0,9% en Wallonie. Sur l’ensemble de l’année, il reste en revanche plus élevé au sud du pays, avec une moyenne de 0,79% et de 0,75% en Flandre.

A Bruxelles, la taux de chômage économique des ouvriers est quasiment nul: 0,05% en moyenne annuelle et 0,09% au quatrième trimestre 2018. «La pénurie d’emploi pour le personnel ouvrier qualifié» est une réalité dans la capitale tandis que «la croissance des entreprises bruxelloises représente un véritable défi», constate encore Acerta, pour qui «la politique (RH) demandera une grande créativité et une grande flexibilité, c’est certain».

Autre constat: le phénomène du chômage économique dépend de la taille de l’entreprise et plus celle-ci est petite, plus le chômage économique y est élevé. «Rien d’étonnant», juge Acerta, une annulation de commande aura proportionnellement plus d’impact sur une petite entreprise que sur une grande.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des manifestations de jeunes et de représentants de peuples menacés ont émaillé les dernières heures officielles de la COP de Madrid.

    COP25: une nuit pour conclure un accord au forceps

  2. Charles Michel en conversation avec le Premier portugais, Antonio Costa. Curieusement, ce dernier s’en est pris au travail de son propre ministre des Finances.

    Budget de la zone euro: Charles Michel reprend la main

  3. Plus de 2.000 personnes du secteur culturel flamand s’étaient rassemblées au Beursschouwburg à Bruxelles pour dénoncer les mesures prises par le gouvernement Jambon.

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite