La Fédération des Etudiants francophones appelle le supérieur à rejoindre la Marche pour le climat

Réduction du coût des études, refinancement de l’enseignement supérieur, rémunération des stages, augmentation de l’offre de logements publics pour les étudiants… La liste des revendications reprises dans le Mémorandum de la Fédération des Etudiants francophones (FEF) présenté mercredi est longue et s’adresse à tous les niveaux de pouvoir qui seront renouvelés à l’issue des élections du 26 mai prochain.

Maxime Michiels, président de la FEF était l’invité de Matin Première ce jeudi matin. En plus de toutes ces revendications, il n’oublie pas le climat. Il soutient le mouvement « Youth For Climate » qui manifeste depuis maintenant plus d’un mois.

« Nous espérons que le mouvement va perdurer tant que les revendications des jeunes qui ont lancé le mouvement ne sont pas entendues. Maintenant, c’est bon pour les étudiants du supérieur, il est temps pour nous de manifester. Le politique a toutes les clés en main pour renvoyer les élèves dans les classes s’ils trouvent des solutions », explique le président de la FEF au micro de Thomas Gadisseux.

Il est important pour Maxime Michiels de soutenir le mouvement et d’appuyer les manifestations. « La FEF doit appeler les gens à le rejoindre mais sans vouloir récupérer celui-ci politiquement. Pourtant la question du climat est une question politique et les jeunes ne doivent pas être exclus du débat ».

Des rassemblements attendus partout en Belgique

Youth For Climate, le collectif qui organise les marches pour le climat des jeudis, jusqu’ici à Bruxelles, a cette fois appelé à manifester à Louvain. 10.000 personnes environ sont attendues, selon la police louvaniste. D’autres rassemblements sont également prévus ailleurs en Belgique.

>Marche pour le climat : la police de Louvain attend 10.000 personnes ce 7 février

Anuna De Wever et Kyra Gantois seront présentes à côté des porte-parole de KlimaLeuven, organisateur de la manifestation. Le bourgmestre Mohamed Ridouani (SP.A) et l’échevin en charge de l’Environnement David Dessers (Groen) prendront la parole au début de l’événement prévu à 12h40, sur la Ladeuzeplein.

Si l’essentiel de la mobilisation doit donc avoir lieu en Flandre, la police bruxelloise s’attend aussi à un rassemblement dans la capitale. Les jeunes qui seront présents à Bruxelles devraient suivre le même trajet que lors des autres marches, depuis la gare de Bruxelles-Nord pour finir à la gare du Midi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

  2. FRANCE G7 SUMMIT

    G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…

  3. d-20190816-3VKH9V 2019-08-16 15:15:52

    L’Unesco met en garde contre le «Sauvage» de la Ducasse d’Ath et appelle au «respect mutuel entre communautés»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite