D’Arlon à Anvers, en passant par Louvain, 20.000 jeunes ont marché pour le climat (photos et vidéos)

Dans cet article
D’Arlon à Anvers, en passant par Louvain, 20.000 jeunes ont marché pour le climat (photos et vidéos)

Pour la quatrième semaine consécutive, des centaines de jeunes sont descendus dans les rues de différentes villes jeudi pour manifester pour le climat dans le cadre des « jeudis pour le climat ». En dehors du principal rassemblement à Louvain, où plus de 10.000 jeunes ont marché, des mobilisations notables ont eu lieu en Flandre à Anvers, Courtrai et Hasselt.

Quelque 5.000 élèves de secondaire et étudiants du supérieur manifestaient jeudi matin dans le centre Bruxelles, selon le comptage définitif de la police de Bruxelles-Ixelles. Le cortège de la manifestation pour le climat s’est ébranlé vers 10h45 depuis la gare du Nord. Il devait rejoindre la gare du Midi en empruntant le même parcours que la semaine dernière.

A Anvers, quelque 600 jeunes se sont rassemblés en matinée selon les estimations de la police, un chiffre qui reste le plus élevé pour cette ville jusqu’ici. Ils ont marché de la Operaplein jusqu’à la Groenplaats. Les jeunes qui étaient présents dans la métropole anversoise affirment être eux-mêmes prêts à des efforts concrets pour contrer le réchauffement climatique, selon les initiateurs locaux.

D’Arlon à Anvers, ils étaient 20.000 jeunes à manifester dans les rues ce jeudi

250 jeunes à Liège

Environ 250 jeunes, selon la police, se sont rassemblés ce jeudi sur le temps de midi en face de l’hôtel de Ville de Liège pour à nouveau réclamer des mesures politiques fortes contre le changement climatique.

Bien moins nombreux que jeudi dernier (15.000), les élèves poursuivent la mobilisation. Ils criaient et brandissaient des pancartes, sur lesquelles on pouvait notamment lire : «  La planète se réchauffe, mais nous on n’a pas froid aux yeux ! ».

Le mouvement « Students for Climate Liège » fixe déjà rendez-vous à jeudi prochain, le 14 février à 9h, à la gare des Guillemins afin de rejoindre la manifestation pour des mesures politiques ambitieuses à Bruxelles.

Courtrai, Hasselt et Arlon

A Courtrai, 1.000 jeunes étaient présents. Les élèves ont fait un tour de la ville en matinée, en faisant arrêt à la maison communale. Vers 10h30, la foule s’est dispersée et les élèves sont retournés en classe.

A Hasselt, entre 500 et 600 jeunes activistes inquiets du climat sont descendus en rue, selon les estimations de la police. Les organisateurs Metehan Topal, 20 ans, et Jamie Harrison, 19 ans, se sont dits agréablement surpris par l’affluence. Pour cette deuxième marche limbourgeoise, c’est dans l’après-midi que les jeunes, essentiellement des élèves, se sont mobilisés. Ils se sont rassemblés à 14h sur la Grand-Place, puis ont parcouru des rues commerçantes jusqu’à la Kolonel Dusartplein où quelques discours ont eu lieu avant que la foule ne se disperse vers 15h.

A Arlon, 2.000 jeunes, et moins jeunes, ont marché pour le climat.

500 élèves de Herve dans leur école, des dizaines à Mons

Quelque 500 élèves du collège Marie-Thérèse de Herve ont manifesté jeudi entre midi et 13h40 pour le climat. Un mouvement initié par plusieurs élèves de la 3e à la 6e secondaire afin de soutenir les étudiants qui défilaient et manifestaient au même moment dans les rues de Liège, la direction ayant interdit aux élèves de se rendre dans la Cité ardente où ils avaient été manifester 8 jours plus tôt avec 15.000 autres étudiants.

Des étudiants de l’Université de Mons (UMons) se sont mobilisés jeudi midi dans le cadre d’un appel via Facebook à une action pour le climat. La mobilisation, validée par les autorités académiques de l’UMons, s’est déroulée dans le calme sur le site de l’université, au Campus de la Plaine de Nimy.

left
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190716-3V2NE5 2019-07-16 14:13:29

    La Lune a marqué les Hommes, ils y ont laissé leurs traces (infographie)

  2. Presse-papier01

    Pour les histoires de cœur, Internet a remplacé l’ami entremetteur

  3. Les seins nus étaient un symbole de libération de la femme dans les années 70. Aujourd’hui, beaucoup de Romandes ne portent pas de soutien-gorge pour leur propre confort.

    A Genève, les seins se passent de soutien

Chroniques
  • A-t-on «bruxellé» sur la Lune?

    Du Brussels Vloms sur la Lune ?

    Nul n’ignore que les prétendus premiers pas de l’homme sur la Lune le 21 juillet 1969 relèvent de la fake news – pardon, de l’infox. Et que le premier à fouler le sol lunaire n’est pas l’Américain Neil Armstrong, mais notre compatriote Tintin, reporter de son état, dont les aventures lunaires ont été contées par Hergé dans les albums Objectif Lune (1953) et On a marché sur la Lune (1954). La vérité ayant repris ses droits, posons-nous une question essentielle : aurait-on parlé bruxellois sur la Lune ?

    Les fidèles de cette chronique connaissent déjà la réponse : le billet de la semaine dernière a...

    Lire la suite

  • Faut-il remettre la main sur la Lune?

    Elle est là depuis les premiers jours de la Terre et elle est le musée des premiers moments de l’Univers. Fascinante, elle est gravée à Lascaux, célébrée en Egypte, niée par l’Inquisition. Verne et Wells imaginent comment sonder son mystère. Méliès en fait une farce philosophique. C’est d’une guerre que naîtront carburants et calculateurs, clés du voyage. C’est d’une autre, froide, que viendra l’accomplissement, dans un délai exceptionnellement court. Les pionniers furent téméraires et, heureusement, un peu chanceux, à dos de Saturn, la...

    Lire la suite