France: une femme condamnée à 12 ans de prison pour avoir étouffé son bébé le jour de sa naissance

© VDN
© VDN

Une femme de 25 ans, condamnée en première instance à 20 ans de prison pour avoir étouffé le bébé à qui elle venait de donner naissance, a vu sa peine réduite à 12 ans en appel jeudi à Nanterre. Le premier verdict de la cour d’assises du Val-d’Oise en avril 2018 à l’encontre de cette jeune femme, âgée tout juste de 18 ans au moment des faits, avait été jugé «  surréaliste » par ses avocats, qui avaient immédiatement fait appel.

Triple-infanticide à Varsenare : le père dormait à l’étage pendant le drame (vidéo)

À l’issue de trois jours de procès, la cour d’assises d’appel est restée en-deçà des 15 ans requis, comme en première instance, par le ministère public. La peine a été assortie d’un suivi socio-judiciaire de cinq ans, avec obligation de soins.

« Je ne réalisais pas que c’était mon bébé »

L’accusée, en détention depuis sa première condamnation, a évoqué dans le box la «  honte » et la «  peur » qu’elle ressentait au cours de sa grossesse, dont «  elle avait conscience » mais à laquelle elle ne «  voul[ait] pas croire ». Ce soir-là, «  je ne réalisais pas que c’était un bébé, que c’était mon bébé », a-t-elle dit, répétant « regretter » son geste.

Une experte n’a pas retenu à la barre la notion de déni de grossesse, évoquant une «  dénégation » avec des périodes de «  refoulement ».

Le déni de grossesse, une jeune pathologie

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel croyait qu’il pourrait vaincre la tradition. Celle qui veut que le premier sommet rate.

    Charles Michel rate son pari: il faudra encore un sommet pour le budget européen

  2. Les caricatures antisémites de l’année dernière seront-elles de retour dimanche dans les rues d’Alost
? Il semble que oui
!

    Le carnaval d’Alost pourrait donner lieu à de nouveaux dérapages: comment en est-on arrivé là?

  3. PHOTO NEWS

    Désormais, Mehdi Carcela est décisif d’une autre manière au Standard

La chronique
  • Un smartphone {pliable} ou {pliant}?

    Voici quelques jours, votre quotidien favori a répercuté une annonce qui n’avait rien de téléphoné, semble-t-il : une célèbre entreprise sud-coréenne va commercialiser en Belgique son deuxième smartphone pliable. Un smartphone pliable  ? Moue dédaigneuse dans les chaumières branchées High-Tech, qui se transforme toutefois en jubilation quelques lignes plus loin : cette fois, il est question d’un smartphone pliant. Un smartphone pliant ? Au risque d’encourir les ricanements condescendants de certains geeks, ce billet va tenter d’explorer les plis et replis de ces téléphones que l’on dit intelligents.

    Ils plient tous…

    Cette chronique vous a proposé, il y a quelques semaines, une analyse des suffixes -ant et -...

    Lire la suite