Le corps retrouvé dans l’épave de l’avion est bien celui d’Emiliano Sala

@AFP
@AFP

Le corps retrouvé dans l’épave de l’avion transportant le footballeur argentin Emiliano Sala est bien celui du footballeur, ont annoncé les autorités britanniques.

«  Le corps ramené à Portland (sud de l’Angleterre) aujourd’hui a été formellement identifié par le coroner du Dorset comme celui du footballeur Emiliano Sala », a annoncé la police sur Twitter. «  Les familles de M. Sala et du pilote David Ibbotson ont été informées. Nos pensées sont pour eux tous ».

Le coroner, officier de justice chargé de faire la lumière sur les décès de cause non naturelle, « continuera d’enquêter sur les circonstances de ce décès », a précisé la police.

Les opérations pour récupérer l’épave ont quant à elles échoué. « Malheureusement, les tentatives de récupération de l’épave de l’avion ont été infructueuses en raison des prévisions météorologiques médiocres. » Le Bureau d’enquête indique cependant avoir collecté des indices en filmant la carcasse, espérant ainsi pouvoir déterminer les raisons de l’accident.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, les enquêteurs avaient annoncé avoir repêché un corps de l’épave, sans que l’on sache depuis s’il s’agissait de celui du joueur ou de celui du pilote.

Le corps avait été repéré lundi dans l’appareil, à 68 mètres de fond, alors que la carcasse du Piper Malibu qui emmenait l’ex-attaquant nantais dans son nouveau club de Cardiff avait été localisée un jour plus tôt. À l’endroit même où l’avion avait cessé d’émettre, dans la Manche, à une vingtaine de kilomètres au nord de Guernesey.

>Premier League: le très bel hommage de Cardiff City pour Emiliano Sala (vidéo et photos)

Le corps du pilote toujours pas retrouvé

Emiliano Sala, 28 ans, et David Ibbotson, son pilote de 59 ans, voyageaient à bord de ce monomoteur qui avait disparu des radars le soir du 21 janvier. Le corps de ce dernier n’a toujours pas été retrouvé.

Le 26 janvier, la famille de Sala avait annoncé qu’elle allait poursuivre les recherches pour tenter de le retrouver grâce aux fonds récoltés par une cagnotte en ligne, après l’arrêt deux jours plus tôt des opérations de secours coordonnées par la police de Guernesey.

Les circonstances de la disparition de l’attaquant argentin, alors qu’il rejoignait son nouveau club deux jours après son transfert, avaient provoqué une grande vague d’émotion et d’hommages, que ce soit à Nantes, le club français où il évoluait depuis la saison 2015/2016, ou à Cardiff, le club dont les joueurs et les supporters l’attendaient de pied ferme pour relancer une saison mal engagée.

>Disparition d’Emiliano Sala: les recherches, financées par une cagnotte en ligne, ont repris avec la participation de la famille du joueur (vidéo)

> Disparition de Sala: Nantes menace Cardiff d'une action en justice pour réclamer le paiement du transfert

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel a trouvé un compromis pour le casting ministériel. En sera-t-il de même pour la présidence du MR
?

    MR: après le casting ministériel, le combat présidentiel

  2. A Bruxelles et en Wallonie, l’informateur royal Johan Vande Lanotte se place dans le top 5 des hommes politiques appréciés de la population.

    Grand Baromètre: le retour en grâce de Vande Lanotte à Bruxelles et en Wallonie

  3. Josse De Pauw dans « La Mémoire  des arbres ».

    Le Théâtre National dans le viseur des Russes

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite