Bpost va faire payer les retraits d’argent

Bpost va faire payer les retraits d’argent

À partir du 18 mars, chez Bpost, il faudra payer 50 centimes d’euros par retrait bancaire, et cela également sur son propre réseau de distributeurs, rapporte vendredi la RTBF sur son site internet.

Si de nombreuses banques ont dernièrement franchi le cap de faire payer à leurs clients leur choix de retirer de l’argent liquide dans une autre agence, ici, il s’agit d’une première en Belgique.

« C’est vraiment le monde à l’envers. Pour pouvoir simplement récupérer, retirer l’argent que l’on a confié à sa propre banque, il faut payer », s’est indignée Julie Frère, porte-parole de Test-Achats.

Les titulaires d’un compte b.compact auront droit à un seul retrait gratuit par mois.

L’association de défense des consommateurs demande ainsi aux banques entre autres d’assurer des retraits gratuits aux distributeurs dans leur réseau, mais aussi cinq retraits gratuits par mois chez les concurrents.

>Bpost augmente ses tarifs de plus de 7 % et annonce le retour des timbres prior

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bpost|Économie et finances
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La nouvelle du vote en commission parlementaire a été accueillie avec satisfaction par les militants pour le climat qui ont quitté leur campement de la place du Trône à Bruxelles.

    Loi climat: la réforme de la Constitution, une victoire à la Pyrrhus?

  2. Skeyes annonce à nouveau un mouvement de grève
: c’est pour ce mercredi à Charleroi entre 8 et 10 heures du matin.

    Grève des contrôleurs du ciel: encore des actions ce mercredi

  3. Raymond Behr, mis à l’honneur par Philippe et Mathilde, à l’occasion de la cérémonie de commémoration au Mémorial de la guerre de Corée.

    Visite d’Etat en Corée: Philippe citoyen d’honneur, Raymond citoyen mis à l’honneur

Chroniques
  • Lettre du Brexit: «Les fantômes et les excentriques font bon ménage»

    Par Marc Roche

    Pour suivre la manifestation du « People’s Vote » en faveur d’un deuxième référendum sur le Brexit, je m’étais posté devant le 10 Downing Street. L’emplacement était bien choisi. Le million de marcheurs du « People’s Vote » (chiffre au pifomètre) qui défilaient entre Hyde Park et Trafalgar square dans une atmosphère joyeuse n’avaient d’yeux que pour la résidence du Premier ministre, symbole par excellence du bourbier actuel.

    Pourtant, le vrai pouvoir par ces temps tourmentés du Brexit n’est plus niché dans la modeste maison de briques au bout d’une petite rue fermée au trafic. L’élégant bâtiment de style géorgien adjacent à « Number Ten » tire dans l’ombre toutes les ficelles du largage des amarres. Seule une plaque discrète à l’entrée indique le mystérieux occupant des lieux : le Cabinet Office.

    Au confluent du « triangle d’or » monarchie-gouvernement-parlement, la haute fonction publique britannique s’enquiert peu des apparences du pouvoir. Exerçant sa mission à l’écart de la lumière des projecteurs, le...

    Lire la suite

  • Climat: Ô Miroir, suis-je du bon côté de l’histoire?

    Ceux qui, dans le monde politique, pensaient que les petits jeunes du climat et tous ceux qui protestent avec eux depuis des semaines allaient faire trois petits tours et puis rentrer à la niche, en sont pour leurs frais. Certains en ont même perdu leur boussole climatique. Ainsi le MR, qui en quelques semaines a cafouillé dans son attitude sur la loi climat et la révision de la constitution. Un ours polaire n’y retrouverait pas ses jeunes…

    La cause de ces changements de cap ? Ne cherchez pas...

    Lire la suite