Affaire Benalla: «Personne n’est au-dessus des loi», souligne le porte-parole du gouvernement français

Affaire Benalla: «Personne n’est au-dessus des loi», souligne le porte-parole du gouvernement français

Le porte-parole du gouvernement français Benjamin Griveaux a défendu vendredi sur Europe 1 l’indépendance de la justice dans l’affaire Benalla, et voit dans l’ouverture d’une enquête du parquet financier la preuve que «personne «n’est au-dessus des lois».

>Affaire Benalla: la cheffe de la sécurité du Premier ministre démissionne

Le parquet financier a ouvert une enquête sur un contrat signé entre Mars, la société de Vincent Crase - ex-employé de LREM et gendarme réserviste - et l’oligarque russe Iskander Makhmoudov, qui aurait été «négocié» par l’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, «du temps où il était à l’Élysée».

«Il y a une autorité judiciaire qui est indépendante, et dont je note qu’elle a agi de manière rapide et que personne n’est protégé, personne n’est au-dessus des lois. Ce fantasme-là est un fantasme, chacun rend des comptes, M. Benalla va rendre des comptes à la justice française et c’est une très bonne nouvelle», a déclaré M. Griveaux.

«J’entends beaucoup la musique de ’il est très protégé’. S’il était si protégé que ça, il n’y aurait pas des enquêtes ouvertes», a insisté M. Griveaux.

► Affaire Benalla: Mediapart refuse une perquisition dans ses locaux

« Pas une surprise »

Interrogé sur la perquisition menée à Mediapart, il a jugé «inexact de dire» qu’elle a été demandée par Matignon. «Je ne laisserai pas salir ni le pouvoir exécutif, ni la justice de notre pays», a-t-il ajouté, dénonçant «le doute permanent qu’on instille dans les micros».

«Quand des informations ont été transmises aux journalistes jeudi et vendredi dernier, il n’est pas anormal de transmettre, quand on l’a transmis à la presse, au procureur de Paris les mêmes informations», a-t-il justifié.

«Tu vas les bouffer»: Alexandre Benalla se targue du soutien d’Emmanuel Macron dans un enregistrement audio

Quant aux liens entre Alexandre Benalla et des responsables de la sécurité de Matignon, il a estimé que l’ancien conseiller d’Emmanuel Macron «avait une position que chacun connaissait à l’Élysée. Qu’il ait eu des relations de travail avec des personnes en charge de la sécurité à Matignon ou ailleurs, ça n’est quand même pas une surprise».

Le contrat avec l’oligarque russe a été évoqué dans une conversation entre M. Benalla et M. Crase enregistrée le 26 juillet et dont des extraits ont été publiés le 31 janvier par Mediapart. Dans le cadre d’une enquête sur les conditions de l’enregistrement, Matignon a annoncé jeudi la démission de la cheffe du groupe de sécurité du Premier ministre (GSPM). Le ministère des Armées a annoncé la suspension du compagnon de cette dernière, un militaire.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Un an après, les coulisses de la démission de Charles Michel

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite