Affaire Benalla: «Personne n’est au-dessus des loi», souligne le porte-parole du gouvernement français

Affaire Benalla: «Personne n’est au-dessus des loi», souligne le porte-parole du gouvernement français

Le porte-parole du gouvernement français Benjamin Griveaux a défendu vendredi sur Europe 1 l’indépendance de la justice dans l’affaire Benalla, et voit dans l’ouverture d’une enquête du parquet financier la preuve que «personne «n’est au-dessus des lois».

>Affaire Benalla: la cheffe de la sécurité du Premier ministre démissionne

Le parquet financier a ouvert une enquête sur un contrat signé entre Mars, la société de Vincent Crase - ex-employé de LREM et gendarme réserviste - et l’oligarque russe Iskander Makhmoudov, qui aurait été «négocié» par l’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, «du temps où il était à l’Élysée».

«Il y a une autorité judiciaire qui est indépendante, et dont je note qu’elle a agi de manière rapide et que personne n’est protégé, personne n’est au-dessus des lois. Ce fantasme-là est un fantasme, chacun rend des comptes, M. Benalla va rendre des comptes à la justice française et c’est une très bonne nouvelle», a déclaré M. Griveaux.

«J’entends beaucoup la musique de ’il est très protégé’. S’il était si protégé que ça, il n’y aurait pas des enquêtes ouvertes», a insisté M. Griveaux.

► Affaire Benalla: Mediapart refuse une perquisition dans ses locaux

« Pas une surprise »

Interrogé sur la perquisition menée à Mediapart, il a jugé «inexact de dire» qu’elle a été demandée par Matignon. «Je ne laisserai pas salir ni le pouvoir exécutif, ni la justice de notre pays», a-t-il ajouté, dénonçant «le doute permanent qu’on instille dans les micros».

«Quand des informations ont été transmises aux journalistes jeudi et vendredi dernier, il n’est pas anormal de transmettre, quand on l’a transmis à la presse, au procureur de Paris les mêmes informations», a-t-il justifié.

«Tu vas les bouffer»: Alexandre Benalla se targue du soutien d’Emmanuel Macron dans un enregistrement audio

Quant aux liens entre Alexandre Benalla et des responsables de la sécurité de Matignon, il a estimé que l’ancien conseiller d’Emmanuel Macron «avait une position que chacun connaissait à l’Élysée. Qu’il ait eu des relations de travail avec des personnes en charge de la sécurité à Matignon ou ailleurs, ça n’est quand même pas une surprise».

Le contrat avec l’oligarque russe a été évoqué dans une conversation entre M. Benalla et M. Crase enregistrée le 26 juillet et dont des extraits ont été publiés le 31 janvier par Mediapart. Dans le cadre d’une enquête sur les conditions de l’enregistrement, Matignon a annoncé jeudi la démission de la cheffe du groupe de sécurité du Premier ministre (GSPM). Le ministère des Armées a annoncé la suspension du compagnon de cette dernière, un militaire.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Affaire Benalla|Contrats|Paris
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

  2. Abdelkader et Meriem ne sont pas trop de deux pour nourrir quotidiennement près de 500 migrants et sans-abri.

    Dans les pas de «Notre-Dame de la gare du Nord»

  3. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite