Le gouvernement laisse un déficit budgétaire de 7,7 milliards d’euros

Le gouvernement laisse un déficit budgétaire de 7,7 milliards d’euros

Le déficit budgétaire s’élèvera cette année à 1,7 % du PIB, soit quelque 7,7 milliards d’euros, selon des calculs effectués par le Bureau du plan et rapportés vendredi par De Tijd.

>La dette publique belge a brusquement diminué l’année passée (infographie)

Il était déjà clair que le déficit budgétaire allait augmenter en 2019. Des premières estimations avaient fait état d’un montant dépassant les 7 milliards d’euros. L’année dernière a été bouclée sur un déficit de 0,8 % du PIB.

Cette remontée du déficit peut s’expliquer, selon l’économiste Étienne de Callataÿ qui s’exprimait récemment dans L’Echo, par une baisse des recettes de l’impôt des sociétés après une forte progression en 2017 et 2018. « La raison en est que cette hausse est intervenue après que le gouvernement a alourdi la pénalité (aux entreprises) pour insuffisance de versements anticipés. » A cela s’ajoutent des perspectives de croissance plus faibles que prévu.

« Opération d’assainissement »

Dans l’émission De Ochtend sur Radio 1, le vice-Premier ministre CD&V Kris Peeters a confirmé la nécessité pour le prochain gouvernement de mener une sérieuse opération d’assainissement. Il rappelle que le gouvernement aurait pu encore effectuer un contrôle budgétaire complet s’il n’avait pas été en affaires courantes et ainsi un peu corriger le tir.

« Avec un gouvernement de plein exercice, nous aurions pu redresser quelque peu la barre, mais pas la totalité des 7,7 milliards d’euros », a reconnu M. Peeters.

Il conteste que le gouvernement n’ait pas fourni d’efforts budgétaires. Au début de la législature, le déficit était encore de 3,1 % du PIB. La coalition suédoise visait alors l’équilibre budgétaire pour la fin de la législature, mais elle a dû y renoncer. « Nous avons cherché un équilibre entre l’économique et le social », par exemple en instaurant un tax-shift qui ne profite pas uniquement aux entreprises.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’idée serait de saluer festivement pour l’un, plus symboliquement pour l’autre, ces deux anniversaires successifs.

    Le Palais réfléchit: comment fêter symboliquement les 18 ans d’Elisabeth sans susciter de mauvaises interprétations?

  2. 1ere photo

    Sur les routes slovaques, à la recherche des acteurs du dumping social

  3. BRUXELLES, rencontre a la redaction avec les cinq candidats d ou

    Ils sont nouveaux en politique: «Si on ne s’engage pas maintenant, on va le regretter»

Chroniques
  • Visa pour la Flandre: nos ancêtres les… Bourguignons

    Et voilà un livre qui s’est vendu à 50.000 exemplaires en un mois de temps et est d’ores et déjà assuré d’une traduction en allemand et en anglais. Et voilà un auteur qui remplissait ce lundi une salle de 400 personnes à Strombeek-Bever, comme chaque jour de la semaine depuis un mois. Et voilà un travail décliné en podcasts d’une heure et demie sur Radio Klara et qui devrait faire l’objet de représentations en 2020 à la KBR, la Bibliothèque royale de Belgique.

    La raison de cet engouement ? De Bourgondiërs, le dernier opus de l’auteur Bart Van Loo qui a déjà enthousiasmé Flamands et Néerlandais par sa capacité à son Napoléon et son  Histoire chantée de la France. Il a travaillé pendant quatre ans à ce nouvel ouvrage de 600 pages, plongé dans les livres, dialogué avec les médiévistes pour se consacrer finalement à l’écriture avec, aux pieds, des baskets neuves sur lesquelles il a fait inscrire « Philippe Le Hardi ». Un accoutrement qui n’était...

    Lire la suite

  • Orban suspendu du PPE: petites punitions entre amis

    Et voilà donc le Fidesz, le parti du dirigeant hongrois Viktor Orban suspendu jusqu’à nouvel ordre. Le Parti Populaire Européen (PPE) sort, lui, ce jeudi de la position de Ponce Pilate qui a été la sienne durant des années, mais de façon assez hypocrite. Orban et son parti sont en effet publiquement déjugés mais il n’y a rien de définitif dans ce geste tardif posé, qui ne préfigure en rien d’une future exclusion.

    La logique « juridique » impose certes de donner un avertissement avant d’...

    Lire la suite