Déclassement des autoroutes E40/A12 à Bruxelles: Di Antonio déplore le manque de concertation avec la Wallonie

Déclassement des autoroutes E40/A12 à Bruxelles: Di Antonio déplore le manque de concertation avec la Wallonie

Si «  tout ce qui tend vers la promotion de la mobilité douce doit être encouragé, il est indispensable que les Régions travaillent de concert dans l’intérêt des usagers », a réagi vendredi le ministre wallon des Transports, Carlo Di Antonio, alors que la Région bruxelloise a décidé de déclasser la fin de l’E40 et de l’A12 afin de bannir progressivement les autoroutes sur son territoire.

« Tout ce qui tend vers la promotion de la mobilité douce est à encourager. Je déplore néanmoins l’absence de concertation », a déclaré le ministre wallon.

Selon ce dernier, par ailleurs, il ne peut être question de limiter l’accès des voitures à Bruxelles sans offrir des alternatives aux automobilistes. « Transports en commun, parking de délestage, de covoiturage… doivent être réfléchis en parallèle. Il est indispensable que les régions travaillent de concert dans l’intérêt des usagers », a conclu Carlo Di Antonio.

Touring Mobilis n’est pas contre une telle mesure mais craint l’augmentation d’embouteillages, et réclame plus de places de stationnement, et des alternatives à la voiture.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS ELECTIONS DEFI MEETING

    Elections 2019: les coulisses de la campagne en 7 anecdotes

  2. © Pierre-Yves Thienpont.

    #MaPremièreCampagne: pourquoi j’adore voter

  3. Selon les dernières estimations, l’Europe des nations et des libertés, groupe auquel appartiennent notamment la Ligue de Salvini, le Rassemblement national de Le Pen, le FPÖ du déchu Strache, le Vlaams belang, les Allemands de l’AfD et le Parti pour la liberté de Wilders, obtiendrait 75 sièges sur les 751.

    Elections européennes: la droite radicale populiste va-t-elle dominer le scrutin européen?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite