Accueil Monde Amériques

Rafael Correa: «Il y a une indignation sélective sur le Venezuela»

La tension monte au Venezuela, de nombreux pays ayant reconnu Juan Guaido, autoproclamé président face à Nicolas Maduro. Nous avons demandé à Rafael Correa sa lecture de cette crise. Il s’exprime aussi sur les pays d’Amérique latine et sur son exil.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 13 min

Rafael Correa a été pendant 10 ans président de l’Equateur, menant une politique de gauche, axée sur le social. Il vit désormais en Belgique, pays d’origine de sa femme, rencontrée pendant leurs études à Louvain-la-Neuve.

Pour vous, qui est président du Venezuela ?

Nicolas Maduro, évidemment. Comment peut-on dire autre chose ? Il a gagné les élections en mai de l’an dernier, j’étais là comme observateur. Personne ne peut questionner la transparence des élections. Mais l’opposition n’a pas voulu y participer.

La plupart des candidats de l’opposition ont été interdits de participation, il est difficile de parler d’élections démocratiques…

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Naeije Robert, dimanche 10 février 2019, 8:25

    Très tendancieux en effet. Qu'il rende des comptes à la justice de son pays!

  • Posté par Grulois Stanislas, lundi 11 février 2019, 6:04

    Le fait est qu'il n'a, sur ce qui lui est soi-disant reproché par ses détracteurs, aucun compte à rendre à la justice de son pays. Mais vous n'êtes visiblement pas très au fait de cela.

  • Posté par Merlot Leon, dimanche 10 février 2019, 1:25

    interview a sens unique! on a seulement le point de vue de l'ex président Correa qui se présente comme une victime. Pourquoi ne pas contraster son point de vue avec celui de ses détracteurs? Ils ont peut être des arguments contradictoires qu'il vaudrait la peine de prendre en compte. Il faut vivre en Amérique Latine pour comprendre que les émules de Chavez et Castro sont loin d'être aussi démocrates qu'ils le prétendent

  • Posté par Pierre Lison, samedi 9 février 2019, 17:53

    Merci pour cet «éclairage» inhabituel … Et pour le moins «interpellant».

  • Posté par Petitjean Charles, samedi 9 février 2019, 15:38

    Tiens ! Surprise ! Je ne lis aucun commentaires des bien-pensants libéraux qui s'expriment habituellement dans Le Soir !

Aussi en Amériques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs