Anuna De Wever au «Soir»: «J’ai 17 ans et c’est la peur du changement climatique qui me guide»

© Bruno D’Alimonte - Le Soir
© Bruno D’Alimonte - Le Soir

Anuna De Wever. Bizaremment ce nom reste peu connu côté francophone qui ne connait toujours que le « Bart » du même nom. Et pourtant c’est cette jeune fille de 17 ans qui fait marcher des dizaines de milliers de jeunes flamands et francophones désormais, chaque jeudi depuis un mois. Nous avons rencontré celle que les politiques belges redoutent, que les médias flamands et internationaux s’arrachent. Dans sa première longue interview « francophone », elle impressionne par sa sérénité, sa maturité, son audace et sa détermination.

Si Anuna De Wever semble ne rien craindre, elle reconnaît néanmoins avoir « peur du changement climatique. C’est cette peur qui me guide. Quand je vois le film de Leornado Di Caprio ou celui d’Al Gore, je me sens en panique. Et ce n’est pas normal d’avoir 17 ans et d’être en panique à cause de la manière dont on gère la politique climatique. C’est même scandaleux. »

► Ses combats, ses modèles, ses motivations: l’interview d’Anuna De Wever à retrouver sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. COP25 à Madrid

    COP25: un échec pour le multilatéralisme et pour le climat

  2. «
Il est temps maintenant d’arrêter les postures disant qu’on veut bien négocier mais qu’on ne négocie pas réellement.
» © Mathieu Golinvaux.

    Sabine Laruelle (MR): «PS et N-VA doivent tomber les masques»

  3. Anna Karina, en 2018.

    Anna Karina, première muse de Godard, ne chantera plus sous le soleil

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite