Des centaines de candidats à bord de trains ce samedi pour apprendre le métier d’accompagnateur

©D.R
©D.R

Samedi, 400 candidats accompagnateurs de trains ont été invités par la SNCB et HR Rail, l’organisme recruteur de l’entreprise ferroviaire, à embarquer à bord de ses wagons pour apprendre à connaître leur éventuel futur emploi.

Sous forme ludique, les aspirants qui se sont préalablement inscrits sur la page « jobs » de la SNCB, récolteront des informations sur le métier. Ils échangeront avec des accompagnateurs et accompagnatrices de train qui exercent déjà cette fonction au sein de la SNCB, avant de participer à la première étape du processus de sélection.

Les « Meet &Greet Trains », qui passeront au total dans 12 gares du pays, partiront de la gare de Mons à 13h14 et arriveront en gare de Namur à 14h30. Le métier d’accompagnateur de train consiste à aider les voyageurs à «  se déplacer en toute sécurité, de leur point d’embarquement jusqu’à leur gare terminus », peut-on lire sur l’offre d’emploi. Outre le rôle de « poinçonneur », l’accompagnateur informe et accueille le navetteur. Il vend en outre des titres de transport et veille à la ponctualité des trains.

1.400 recrutements

Cette année, la SNCB ambitionne de recruter 1.400 personnes, dont 360 conducteurs de train et 300 accompagnateurs. Parmi les autres postes à pourvoir, on retrouve également des techniciens et des ingénieurs. Infrabel engagera quant à lui 550 profils. En avril prochain, HR Rail et la SNCB organiseront un « escape game » pour les candidats conducteurs de train.

La SNCB emploie actuellement quelque 17.700 équivalents temps plein, dont environ 2.500 accompagnateurs et 3.000 conducteurs de train.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

  2. Bart De Wever.

    Crise politique : à quoi joue la N-VA?

  3. Liverpool pourra compter sur Mané et Van Dijk pour ne pas être le premier tenant du titre éliminé en phase de poules depuis 2012.

    Ligue des champions: plusieurs grands d’Europe en danger

La chronique
  • France: les premières leçons d’une révolte sociale

    Jeudi, grande manifestation syndicale contre la réforme des retraites : énorme succès.

    Samedi, trente manifestations de « gilets jaunes » dans la foulée de cette révolte sociale : énorme bide.

    Spectaculaire retournement de situation. Il y a encore quelques mois, il était de bon ton de gloser sur le fait que le mouvement « gilet jaune » avait ringardisé et marginalisé le mouvement syndical. Le verdict est tombé.

    Arnaque médiatique

    En vérité, nous avons été victimes d’une énorme arnaque médiatique (on reconnaîtra que j’ai tenté, sans succès, de la démystifier).

    Jeudi donc, près d’un million de citoyennes et de citoyens ont défilé dans toute la France.

    Au plus fort du mouvement des « gilets jaunes », ils furent 300.000. Or, à l’époque...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    Faux !...

    Lire la suite