Des centaines de candidats à bord de trains ce samedi pour apprendre le métier d’accompagnateur

©D.R
©D.R

Samedi, 400 candidats accompagnateurs de trains ont été invités par la SNCB et HR Rail, l’organisme recruteur de l’entreprise ferroviaire, à embarquer à bord de ses wagons pour apprendre à connaître leur éventuel futur emploi.

Sous forme ludique, les aspirants qui se sont préalablement inscrits sur la page « jobs » de la SNCB, récolteront des informations sur le métier. Ils échangeront avec des accompagnateurs et accompagnatrices de train qui exercent déjà cette fonction au sein de la SNCB, avant de participer à la première étape du processus de sélection.

Les « Meet &Greet Trains », qui passeront au total dans 12 gares du pays, partiront de la gare de Mons à 13h14 et arriveront en gare de Namur à 14h30. Le métier d’accompagnateur de train consiste à aider les voyageurs à «  se déplacer en toute sécurité, de leur point d’embarquement jusqu’à leur gare terminus », peut-on lire sur l’offre d’emploi. Outre le rôle de « poinçonneur », l’accompagnateur informe et accueille le navetteur. Il vend en outre des titres de transport et veille à la ponctualité des trains.

1.400 recrutements

Cette année, la SNCB ambitionne de recruter 1.400 personnes, dont 360 conducteurs de train et 300 accompagnateurs. Parmi les autres postes à pourvoir, on retrouve également des techniciens et des ingénieurs. Infrabel engagera quant à lui 550 profils. En avril prochain, HR Rail et la SNCB organiseront un « escape game » pour les candidats conducteurs de train.

La SNCB emploie actuellement quelque 17.700 équivalents temps plein, dont environ 2.500 accompagnateurs et 3.000 conducteurs de train.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190716-3V2NE5 2019-07-16 14:13:29

    La Lune a marqué les Hommes, ils y ont laissé leurs traces (infographie)

  2. Presse-papier01

    Pour les histoires de cœur, Internet a remplacé l’ami entremetteur

  3. Les seins nus étaient un symbole de libération de la femme dans les années 70. Aujourd’hui, beaucoup de Romandes ne portent pas de soutien-gorge pour leur propre confort.

    A Genève, les seins se passent de soutien

Chroniques
  • A-t-on «bruxellé» sur la Lune?

    Du Brussels Vloms sur la Lune ?

    Nul n’ignore que les prétendus premiers pas de l’homme sur la Lune le 21 juillet 1969 relèvent de la fake news – pardon, de l’infox. Et que le premier à fouler le sol lunaire n’est pas l’Américain Neil Armstrong, mais notre compatriote Tintin, reporter de son état, dont les aventures lunaires ont été contées par Hergé dans les albums Objectif Lune (1953) et On a marché sur la Lune (1954). La vérité ayant repris ses droits, posons-nous une question essentielle : aurait-on parlé bruxellois sur la Lune ?

    Les fidèles de cette chronique connaissent déjà la réponse : le billet de la semaine dernière a...

    Lire la suite

  • Faut-il remettre la main sur la Lune?

    Elle est là depuis les premiers jours de la Terre et elle est le musée des premiers moments de l’Univers. Fascinante, elle est gravée à Lascaux, célébrée en Egypte, niée par l’Inquisition. Verne et Wells imaginent comment sonder son mystère. Méliès en fait une farce philosophique. C’est d’une guerre que naîtront carburants et calculateurs, clés du voyage. C’est d’une autre, froide, que viendra l’accomplissement, dans un délai exceptionnellement court. Les pionniers furent téméraires et, heureusement, un peu chanceux, à dos de Saturn, la...

    Lire la suite