Des centaines de candidats à bord de trains ce samedi pour apprendre le métier d’accompagnateur

©D.R
©D.R

Samedi, 400 candidats accompagnateurs de trains ont été invités par la SNCB et HR Rail, l’organisme recruteur de l’entreprise ferroviaire, à embarquer à bord de ses wagons pour apprendre à connaître leur éventuel futur emploi.

Sous forme ludique, les aspirants qui se sont préalablement inscrits sur la page « jobs » de la SNCB, récolteront des informations sur le métier. Ils échangeront avec des accompagnateurs et accompagnatrices de train qui exercent déjà cette fonction au sein de la SNCB, avant de participer à la première étape du processus de sélection.

Les « Meet &Greet Trains », qui passeront au total dans 12 gares du pays, partiront de la gare de Mons à 13h14 et arriveront en gare de Namur à 14h30. Le métier d’accompagnateur de train consiste à aider les voyageurs à «  se déplacer en toute sécurité, de leur point d’embarquement jusqu’à leur gare terminus », peut-on lire sur l’offre d’emploi. Outre le rôle de « poinçonneur », l’accompagnateur informe et accueille le navetteur. Il vend en outre des titres de transport et veille à la ponctualité des trains.

1.400 recrutements

Cette année, la SNCB ambitionne de recruter 1.400 personnes, dont 360 conducteurs de train et 300 accompagnateurs. Parmi les autres postes à pourvoir, on retrouve également des techniciens et des ingénieurs. Infrabel engagera quant à lui 550 profils. En avril prochain, HR Rail et la SNCB organiseront un « escape game » pour les candidats conducteurs de train.

La SNCB emploie actuellement quelque 17.700 équivalents temps plein, dont environ 2.500 accompagnateurs et 3.000 conducteurs de train.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © PhotoNews

    Grand Baromètre: les verts, première famille politique du pays

  2. Les parents de la petite Mawda ont été régularisé pour un an et pourront suivre l’enquête sur le décès de leur fille. Un jugement a également contraint le CPAS de Woluwe-Saint-Lambert à prendre en charge la famille.

    Affaire Mawda: la famille de la fillette régularisée

  3. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Grand Baromètre: une vague verte qui rend très très nerveux

    Voilà qui va secouer le monde politique belge. Après des années de domination des partis socialiste, social-chrétien et plus récemment de la N-VA, voici qu’une nouvelle force politique s’impose. Par le biais d’un sondage qui demande évidemment à être vérifié dans les urnes, mais qui ne surprendra pas, tant la poussée verte, des communales aux marches pour le climat, donnait la direction du vent électoral ces derniers temps.

    ...

    Lire la suite