Vente aux enchères controversée en Allemagne : aucun tableau attribué à Hitler n’a été vendu (photos)

Cinq tableaux attribués à Hitler n’ont finalement pas trouvé preneur samedi lors d’une vente aux enchères controversée, marquée en amont par la saisie de plusieurs toiles à l’authenticité douteuse.

Ces peintures de paysages bucoliques mises en vente par la maison Weidler pourront toutefois «être cédées à une date ultérieure», a précisé cette dernière dans un court communiqué.

La maison ne s’est pas exprimée sur les raisons de cet échec. Mais les prix de départs élevés, entre 19.000 et 45.000 euros, conjugués aux suspicions entourant l’enchère, étaient propres à échauder les acheteurs potentiels.

Mercredi encore, 26 pièces supplémentaires étaient en effet dans le catalogue de vente. Mais elles ont été saisies jeudi par les autorités, ainsi que 37 autres, en raison de doutes sur leur authenticité malgré les signatures «A. H.» ou «A. Hitler».

La maison a tout de même réussi à écouler auprès d’acheteurs «allemand et étranger» deux objets censés avoir appartenu à Hitler: un vase en porcelaine de Meissen représentant un voilier-école de la marine allemande pour 5.500 euros et une nappe pour 630 euros, leurs prix de départ. Une chaise en osier, proposée pour 6.500 euros, est en revanche restée sans offre.

Soupçons de falsification

Toutes les pièces, saisies ou non, proviennent de 23 propriétaires différents, selon la maison de vente, qui se défend de toute irrégularité et a souligné coopérer avec la police et le parquet.

«Nous menons une enquête au parquet de Nuremberg sur des soupçons de falsification et de tentative de fraude», a indiqué pour sa part la procureure générale Antje Gabriels-Gorsolke.

«S’il s’avère que ce sont des faux, nous vérifierons qui dans la chaîne de possession savait quoi», a prévenu la procureure. Certaines oeuvres étaient accompagnées de certificats d’authenticité mais ils pourraient avoir aussi été falsifiés.

La maison Weidler a assuré que les vérifications en cours sur les 63 oeuvres remises à la police «ne veulent pas automatiquement dire qu’il s’agit de faux».

Polémique en Allemagne

Les ventes aux enchères d’oeuvres d’Hitler font régulièrement polémique en Allemagne, où la reconnaissance des crimes du nazisme est une part centrale de l’identité nationale.

Des collectionneurs, généralement étrangers, étant prêts à dépenser des sommes importantes pour posséder un artefact du dictateur ou d’autres dignitaires nazis, des ventes ont régulièrement lieu en Allemagne.

La maison Weidler a ainsi déjà vendu plusieurs tableaux attribués au Führer, dont une paire d’aquarelles pour 32.000 euros en 2009.

Mais de nombreux faux ou oeuvres douteuses circulent. Le 24 janvier, la police a saisi trois aquarelles attribuées à Hitler, qui devaient être vendues aux enchères à Berlin ce jour-là, en raison là aussi de doutes sur leur authenticité.

Selon des experts, les toiles d’Hitler restent difficiles à authentifier faute de catalogue précis et en raison de la médiocrité des oeuvres du dictateur qui avait échoué à entrer à l’Académie des arts de Vienne. Et l’étude graphologique de la signature reste une méthode insuffisante.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. TRICHET

    Jean-Claude Trichet: «Les banques centrales pourraient émettre de la cryptomonnaie»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite