Grève du 13 février: «Les syndicats ont quitté la table des négociations trop vite», selon Kris Peeters

© Bruno D’Alimonte - Le Soir
© Bruno D’Alimonte - Le Soir

Si les employeurs et les syndicats ne trouvent pas de terrain d’entente pour dégager un accord salarial, les employés des secteurs fragilisés ou des petites entreprises risquent d’en être les victimes, estime le ministre de l’Emploi et de l’Economie Kris Peeters (CD&V) dans une interview accordée à De Zondag dimanche. Il voit encore des possibilités pour sortir de l’impasse.

Des mouvements de grève et des actions syndicales sont prévus dans tous les secteurs et à travers tout le pays le 13 février à l’appel du front commun syndical.

«La grève prévue mercredi prochain est un échec de la concertation sociale, mais les syndicats ont quitté la table des négociations trop vite», estime le ministre Peeters. «J’ai discuté mardi avec les employés et les employeurs en présence du Premier ministre. J’ai appris à cette occasion qu’il y a encore des possibilités. J’espère que la concertation à partir du 14 février disposera à nouveau de toutes ses chances.»

Si les syndicats et les employeurs ne parviennent pas à un accord salarial, le gouvernement devra trancher. Or cela s’avère très difficile pour un gouvernement en affaires courantes, selon Kris Peeters, car le soutien du parlement est nécessaire. «C’est une raison de plus pour que les employeurs et les employés parviennent à un accord: s’ils ne réussissent pas, chacun sera alors libre. Ce qui signifie que les secteurs eux-mêmes devront négocier, sans cadre ni norme. Les employés des secteurs fragilisés ou des petites entreprises risquent d’en être les victimes», suggère le ministre.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Nissan a porté plainte au pénal contre Carlos Ghosn, son ancien patron.

    L’avenir de Carlos Ghosn s’assombrit encore un peu plus

  2. Oriol Junqueras a répondu pour la première fois depuis son incarcération aux questions des journalistes, réunis dans une rédaction à plus de 600 kilomètres de l’endroit où il est emprisonné.

    Les Catalans en campagne depuis la prison

  3. 170 kilos, c’est une masse. Qui rend impossibles la course et la marche intensive pendant plus d’un quart d’heure.

    Grand format - Journal d’un obèse: «Vous devez être malheureux pour manger comme ça»

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite