Mark De Man fait le point sur la situation d’Anderlecht: «Sous pression, le Sporting répond toujours présent»

Bolasie devrait être aligné d’entrée de jeu pour faire la différence.
Bolasie devrait être aligné d’entrée de jeu pour faire la différence. - Belga

Inexistants en deuxième période face aux Liégeois, les Bruxellois devront relever la tête ce dimanche lors de la réception de Zulte Waregem. Un adversaire qui ne devrait pas poser de problèmes au Sporting même si les Flandriens, qui se rapprochent du maintien, comptent quelques joueurs avides de revanche dont un certain Hamdi Harbaoui. « Ce ne sera pas simple face à une équipe qui joue le bas de tableau, mais Anderlecht doit pouvoir gagner ce genre de rencontre. La clé sera de marquer rapidement pour se lancer vers une victoire facile », juge Mark De Man, un ancien médian du RSCA qui donnera le coup d’envoi de la partie aux côtés de Mbo Mpenza. « Cela me fait plaisir car je porte toujours Anderlecht dans mon cœur et je suis heureux de pouvoir une nouvelle fois fouler la pelouse. »

« Dans les Playoffs 1 »

Avec 84 matches disputés entre 2002 et 2008 pour le compte du club bruxellois, Mark De Man est fortement déçu par les performances récentes de son club de cœur. « Cela me fait mal mais je pense qu’il faut laisser du temps à la nouvelle direction de mettre les choses en place. Sur le court terme, je suis sûr que le club va résister et sera de la partie dans les Playoffs 1. Quand il est sous pression, Anderlecht répond toujours présent et je ne doute pas une seule seconde que les joueurs vont parvenir à redresser la situation. »

Pour ne pas voir le cauchemar des Playoffs 2 se réaliser, les hommes de Fred Rutten devront avant tout montrer un visage plus séduisant offensivement après la piètre seconde période à Sclessin. « Il manque un joueur capable de faire la différence seul lorsque l’équipe ne tourne pas. À mon époque, il y avait plusieurs joueurs capables de faire basculer un match à eux seuls. Je pense que les transferts de Zulj et Bolasie ont été réalisés en ce sens et j’espère qu’ils vont parvenir à le faire », ajoute De Man.

« Tout peut vite changer »

La victoire sera donc indispensable pour les Mauves, ce dimanche, car les deux prochaines semaines seront cruciales avec un déplacement périlleux à l’Antwerp avant de recevoir Bruges pour le Topper. « En football, tout peut très vite changer et il suffira d’un bon résultat contre des équipes du top pour relancer la machine. Une large victoire contre Zulte Waregem pourrait déjà permettre de faire un pas dans la bonne direction. »

Il reste cependant à voir si les Anderlechtois seront capables de gérer la pression pour ne pas voir le wagon du top 6 s’éloigner davantage en cas de contre-performance face aux Flandriens.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des tout proches de Dimitri Fourny font aussi partie des inculpés.

    Soupçons de fraude électorale à Neufchâteau: qui est responsable des fausses procurations?

  2. Une traversée post-électorale difficile pour Corneille Nangaa, le président de la Céni.

    RD Congo: le président de la Commission électorale dans la tourmente

  3. La série «Chimerica», présentée en compétition officiel du festival, explore les relations est-ouest sur fond de campagne électorale américaine.

    La politique s’invite dans les séries de demain

Chroniques
  • Loi climat: les cahiers au feu et le CO2 au milieu!

    Lorsque la Belgique a navigué jadis sans gouvernement pendant un an et demi, régnait un étrange sentiment d’allégresse et de liberté – sauf dans les milieux politiques. Une atmosphère d’école buissonnière genre « les cahiers au feu et le prof au milieu » !

    Rien de commun avec «  l’ambiance gilets jaunes  » qui agite la France. Là, les manifestants se battent contre les politiques pour leur arracher le pouvoir. Le « peuple » (c’est-à-dire eux) réclame le droit de voter ou de modifier les lois, renvoyer les parlementaires dont la tête ne leur revient pas, tout décider par référendum et son contraire.

    Chez nous, rien de tel. Les citoyens n’avaient aucune envie de toucher...

    Lire la suite

  • 22 mars 2016: temps des victimes, temps judiciaire

    Le temps est un redoutable ennemi. Il affaiblit insidieusement mais inéluctablement la compassion due aux victimes des attentats du 22 mars 2016 mais permet aussi à la société belge de tourner lentement l’une des pages les plus sombres de son histoire. Les commémorations qui auront lieu aujourd’hui ont cette utilité magique : raviver la solidarité à l’égard des victimes et inviter notre société à ne pas tourner la page trop vite en oubliant ce que fut ce matin tragique du 22 mars.

    Trois ans pour...

    Lire la suite