Grève du 13 février: les passagers des vols supprimés ont-ils droit à une indemnité?

© Belga
© Belga

Les clients des vols qui étaient prévus le 13 février mais ont été supprimés par Brussels Airlines en raison de la grève nationale de mercredi prochain, n’ont pas droit à une indemnité supplémentaire car il est question de force majeure, souligne Test-Achats.

Brussels Airlines a annoncé vendredi la suppression de son programme entier de 222 vols initialement prévus le 13 février. Les itinéraires de voyage de plus de 16.000 passagers sont touchés. Les passagers dont le vol a été annulé et qui ne souhaitent plus voyager le 13 février peuvent se faire rembourser intégralement leur billet. Pour les changements de réservation, les clients sont invités à contacter la compagnie aérienne ou leur agence de voyage.

Il est admis que Brussels Airlines invoque un cas de force majeure car la grève touchera du personnel d’autres entreprises actives à l’aéroport et le personnel de Skeyes, la société en charge du contrôle de l’espace aérien belge.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    La taxe kilométrique, qui en veut?

  2. «
Die Welt
» a pu rencontrer à Moscou, dans une chambre d’hôtel, Edward Snowden, ancien espion et Américain sans passeport réfugié en Russie. L’homme a rendu publique en 2013 la surveillance de masse et globale des communications mise en place par les agences de renseignement américaines, la CIA et la National Security Agency NSA.

    Edward Snowden: «Je n’aurai plus jamais le contrôle de ce qui m’arrive»

  3. POLITICS ECOLO CHAIRMAN ELECTION

    Ecolo: les leçons du passé, pour éviter le ressac

La chronique
  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite