La grève du 13 février pourrait coûter plus de 10 millions d’euros, selon le patron de Brussels Airport

© Belga
© Belga

Si l’aéroport de Zaventem doit fermer pendant la grève nationale ce mercredi 13 février, le préjudice économique s’éleverait à entre 10 et 13 millions d’euros, selon le président de Brussels Airport, Marc Descheemaecker (N-VA), interrogé dans l’émission flamande « De Zevende Dag », diffusée sur la VRT.

► SNCB, aéroports, bpost: le point sur les services en grève

Brussels Airlines a d’ores et déjà annoncé que tous ses vols (222) étaient annulés, changeant par là même les plans de plus de 16.000 voyageurs. Les autres compagnies du groupe Lufthansa (Lufthansa, Swiss, Austrian Airlines, Eurowings) n’ont pas encore pris de décisions par rapport à leurs vols du 13 février depuis et vers la Belgique. Les vols de TUI fly seront en revanche déviés vers les aéroports de Lille, d’Orly, de Maastricht, d’Eindhoven ou d’Amsterdam.

L’ouverture ou non de l’aéroport dépend du suivi de la grève par les contrôleurs aériens de Skeyes (ex-Belgocontrol). D’après les syndicats, la majorité du personnel devrait débrayer. De leur côté, les bagagistes devraient aussi faire grève.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le bourgmestre de Lessines est en guerre contre l’Unité wallonne du bien-être animal.

    Une saisie de chevaux à Lessines se transforme en affaire de santé publique

  2. Alaa Sheikhi, 24 ans, réfugié syrien arrivé en 2015 a été condamné à 9 ans et demi de prison. Il clame son innocence.

    Allemagne: à Chemnitz, le réfugié accusé dénonce un verdict politique

  3. L’Awap a notamment pour mission de préserver le patrimoine immeuble.

    Patrimoine wallon: malgré les préavis d’actions, le ministre Collin reste confiant

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Bateaux humanitaires en Méditerranée: Kafka sur nos rivages

    La Méditerranée est à double visage. Il y a celui de cette eau bleue, avec sa puissance d’attraction lumineuse où nous avons puisé nos réserves durant ces vacances. Et puis il y a l’autre, celui de cette eau qui fait office, selon les cas, de tombeau ou de prison flottante. Aujourd’hui toujours. Car rien n’est réglé pour ces bateaux qui traversent la Méditerranée à la recherche d’un port où débarquer les hommes, femmes et enfants sauvés alors qu’ils tentent de rejoindre nos rivages européens. Les remous créés par les appels à l’aide des...

    Lire la suite