Accueil Société Régions Bruxelles

Les 40.000 PV très dissuasifs des bikers de Bruxelles

La brigade cycliste de la Ville sécurise les zones piétonnes, pistes cyclables et bandes bus. En un an, le nombre de PV dans le piétonnier s’est réduit de moitié. Le nombre d’infractions sur les pistes cyclables a été divisé par trois depuis 2016.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Vous les avez sûrement déjà croisés sur le piétonnier, l’orange fluo fier sur leurs deux-roues. C’est la brigade cycliste de la division trafic de Polbru, nom de code, les bikers. La mission des douze hommes placés sous la direction de David Stevens, inspecteur principal ? La sécurisation des usagers faibles (dans le jargon, on dit « actifs »). En clair : verbaliser les stationnements intempestifs sur les pistes cyclables, sites propres et bandes bus ou les intrusions non autorisées dans le piétonnier. Non sans succès, comme le prouvent les statistiques 2018.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Dechamps Pascal , dimanche 10 février 2019, 22:42

    Bravo pour ce travail de fond à Polbru et à la communication de ces beaux résultats par Le Soir. Nous sommes dans la rectification des excès du balancier en faveur de la voiture individuelle. La rectification génère toujours un excès, sans doute plus faible, dans le sens inverse jusqu'à l'avènement de l'équilibre. Ceci est un témoignage vécu: L'autre jour, je me trouvai dans la file des voitures entre rue de l'Abbaye et carrefour Vleurgat/Américaine. Il existe sur cette portion un espace cycliste à droite des voitures circulantes. Ceci pour dire que l'espace est libre pour circuler, tous les véhicules automobiles sont déportés à gauche afin de laisser le passage. Tous les véhicules sont à l'arrêt. Le feu est rouge et devant moi, à deux voitures de distance, un camion léger indique déjà son intention de bifurquer à gauche dans la descente de la rue Américaine. Au vert, il se déporte normalement à sa gauche en vue d'effectuer sa manœuvre, feu clignotant actif. A cet instant déboule un cycliste remontant à gauche toute la file des automobiles, donc sans emprunter l'espace cycliste qui lui est réservé à droite et qui était libre. Conséquence évidente, il doit effectuer une embardée en plein carrefour afin d'éviter l'accident avec le camion léger qui, lui, n'est pour rien dans le comportement irresponsable de ce cycliste. Le conducteur du camion léger a "pilé" pour éviter l'accident. Le cycliste s'en est allé son chemin sans même avoir conscience de l’évènement. Il ne s'agissait pas d'un livreur pressé mais plutôt d'un père de famille, tranquille et se rendant au bureau: casque cycliste, gilet jaune, et vélo ordinaire... Morale de l'histoire : il est inadmissible de donner une prime de civisme aux personnes qui prennent leur propre vie en otage, consciemment ou non, au prétexte qu'ils sont des usagers "faibles". Pour rappel, en cas de décès l'irresponsabilité de ces cyclistes viendra à charge de personnes qui ont fait ce qu'elles pensaient devoir faire mais aussi à charge de leur successeurs. Il faut aussi verbaliser les cyclistes et arrêter le romantisme.

  • Posté par Dechamps Pascal , dimanche 10 février 2019, 22:36

    Bravo pour ce travail de fond à Polbru et à la communication de ces beaux résultats par Le Soir. Nous sommes dans la rectification des excès du balancier en faveur de la voiture individuelle. La rectification génère toujours un excès, sans doute plus faible, dans le sens inverse jusqu'à l'avènement de l'équilibre. Ceci est un témoignage vécu: L'autre jour, je me trouvai dans la file des voitures entre rue de l'Abbaye et carrefour Vleurgat/Américaine. Il existe sur cette portion un espace cycliste à droite des voitures circulantes. Ceci pour dire que l'espace est libre pour circuler, tous les véhicules automobiles sont déportés à gauche afin de laisser le passage. Tous les véhicules sont à l'arrêt. Le feu est rouge et devant moi, à deux voitures de distance, un camion léger indique déjà son intention de bifurquer à gauche dans la descente de la rue Américaine. Au vert, il se déporte normalement à sa gauche en vue d'effectuer sa manœuvre, feu clignotant actif. A cet instant déboule un cycliste remontant à gauche toute la file des automobiles, donc sans emprunter l'espace cycliste qui lui est réservé à droite et qui était libre. Conséquence évidente, il doit effectuer une embardée en plein carrefour afin d'éviter l'accident avec le camion léger qui, lui, n'est pour rien dans le comportement irresponsable de ce cycliste. Le conducteur du camion léger a "pilé" pour éviter l'accident. Le cycliste s'en est allé son chemin sans même avoir conscience de l’évènement. Il ne s'agissait pas d'un livreur pressé mais plutôt d'un père de famille, tranquille et se rendant au bureau: casque cycliste, gilet jaune, et vélo ordinaire... Morale de l'histoire : il est inadmissible de donner une prime de civisme aux personnes qui prennent leur propre vie en otage, consciemment ou non, au prétexte qu'ils sont des usagers "faibles". Pour rappel, en cas de décès l'irresponsabilité de ces cyclistes viendra à charge de personnes qui ont fait ce quelles pensaient devoir faire mais aussi à charge de leur successeurs. Il faut aussi verbaliser les cyclistes et arrêter le romantisme.

Aussi en Bruxelles

La nécessaire métamorphose des grands restaurants bruxellois

Des établissements emblématiques de la capitale ont fermé leurs portes ces derniers mois, victimes des attentats, des travaux du piétonnier, de la crise sanitaire… Une nouvelle génération de restaurateurs cherche désormais à séduire les Bruxellois plutôt que les touristes.

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs