Accueil Immo

La Belgique freine sa folle expansion urbaine

Après le grand galop des années 80, l’étalement urbain se fait désormais au trot. Une évolution qui sonnera à terme le glas des maisons 4 façades au profit des appartements. Mais le Belge s’accroche toujours à ce modèle.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Chaque jour depuis 1988, 18 nouveaux terrains de football en moyenne sont affectés à la construction dans le pays. En 30 ans, ce sont ainsi plus de 1.400 km2 du territoire qui ont été gagnés par la fièvre immobilière, soit, pour donner un autre ordre de grandeur, l’équivalent de neuf fois la taille de la Région bruxelloise. Plus qu’une tendance, il s’agit là d’une vraie lame de fond qui place la Belgique à un sommet européen en termes d’artificialisation des terres pour le bâti, juste derrière Malte et devant les Pays-Bas, selon les derniers chiffres d’Eurostat.

Mais, alors que la Flandre a décrété le stop au béton pour 2040, et que la Wallonie lui a emboîté le pas, se fixant le même cap en 2050, la place est de plus en plus comptée, et la tendance à l’étalement urbain est de moins en moins la norme en Belgique, comme il ressort des derniers chiffres de l’occupation du sol publiés par Statbel sur base du registre cadastral.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Bouvy Daniel, mercredi 13 février 2019, 21:46

    Que les échevins et services urbanistiques de communes du brabant Wallon s'ouvre, enfin.., à la possibilité de subdivisé où remodeler des grandes villas et permettent un groupage d'habitats sur une portion plus réduite de terrain au lieu de toujours l'interdire, obnubilé par un risque de "paupérisation" ce qui n'est pas particulièrement lié.. Par contre qu'ils soient bcp plus regardant à l'esthétique et l'harmonie architectural des bâtis, ce qui est souvent très discutable...

  • Posté par Ask Just, lundi 11 février 2019, 12:38

    Il était temps! Barvo, il faut encourager les politiques courageuses et lucides quand elle émergent. Certains feront tout pour continuer à pouvoir grignoter le pauvre gruyère que deviennent nos campagnes. Combien l'étalement encore à venir représente-t-il (jusqu'en 2050!) en perte de surfaces agricoles et avec quel impact sur notre déjà trop faible autonomie alimentaire? Il faut aussi ne pas prendre les avis du secteur de la construction pour argent content. Détruire pour reconstruire est plus facile et lucratif pour le secteur (conflit d'intérêt biaisant l'"expertise"), mais est une aberration environnementale (énergie grise qui ne sera jamais compensée par les réductions de dépenses énergétiques). La rénovation/réaffectation est l'avenir, le secteur et la population doivent s'y préparer.

  • Posté par Ask Just, lundi 11 février 2019, 12:40

    "argent comptant" évidemment (même si le secteur est content de gagner de l'argent)

  • Posté par Hassel Barbara, lundi 11 février 2019, 11:38

    L'urbanisation est responsable de la perte de la biodiversité.

  • Posté par Bronchart Marc, lundi 11 février 2019, 9:18

    La seule solution , le contrôle de la démographie ... La croissance démographique et économique ne pourra continuer à l'infini. et elles ne nous rendent pas plus heureux...

Plus de commentaires

Aussi en Immo

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs