Grammy Awards: «This Is America» de Childish Gambino, premier morceau de rap élu chanson de l’année

Childish Gambino, alter ego musical du comédien Donald Glover (« Atlanta »), a remporté dimanche le prix de « la chanson de l’année » récompensant les auteurs/compositeurs lors de la cérémonie des Grammy Awards pour son hymne politiquement incorrect « This Is America ».

Cet hybride de gospel et de rap, truffé de pamphlets contre les excès de tous bords qui secouent la société américaine, a balayé les favoris Drake ou Lady Gaga dans la course à ce prix prestigieux. Le clip accompagnant le tube a lui aussi été primé dimanche.

Dans cette vidéo provocatrice, Childish Gambino, torse nu et dansant, dénonce le règne des armes à feu et du racisme dans le pays avec un portrait sans concession de la vie de nombreux Noirs américains, entre fusillades sanglantes et réminiscences de l’esclavage. Il avait attiré plus de 35 millions de spectateurs sur YouTube en l’espace de seulement deux jours.

Dua Lipa « révélation de l’année »

La chanteuse britannique Dua Lipa, 23 ans, a été pour sa part sacrée « révélation de l’année », damant le pion à une demi-douzaine de candidates dans cette catégorie très suivie par l’industrie musicale.

Auteur-interprète de pop-électro, la jeune artiste s’était fait connaître en 2016 avec son tube « Hotter than Hell », qu’elle avait confirmé avec « Blow Your Mind (Mwah) » qui était entré dans le Top 100 américain. Dua Lipa est née à Londres de parents originaires du Kosovo, où son père était chanteur dans le groupe de rock Oda.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite