Quelque 90 activistes bloquent le chantier de la prison de Haren

©D.R
©D.R

Quelque 90 personnes bloquent, depuis ce lundi 6h, le chantier de la maxi-prison de Haren, selon les participants à l’action. Les ouvriers n’ont pas pu prendre leur travail.

Il y a cinq points de blocage aux entrées du chantier. Les activistes sont reliés entre eux par des tubes et attachés aux grilles ainsi qu’à des dispositifs en béton au sol. Différentes banderoles ont été déployées affichant notamment : «  Stop maxi-prison de Haren now ». Une fanfare est également prévue.

Selon les activistes, il n’y a pas eu d’altercation avec les ouvriers. La police était rapidement sur les lieux. «  C’est une action de non-violence active », explique l’un des participants. «  Il est temps d’arrêter de détruire la démocratie, les gens et la nature. La méga-prison est un symbole de cette destruction. Passons à autre chose ».

Les activistes exigent l’arrêt immédiat des travaux. Ils estiment qu’une augmentation du nombre de places dans les prisons entraîne une augmentation du nombre d’incarcérations et ne résout en rien la surpopulation carcérale et la récidive. L’action « Stop Maxi-Prison Now ! » prône la fin du système carcéral et déplore les coupes de subsides pour la justice et les alternatives à l’emprisonnement.

Les travaux ont commencé fin janvier. La première auditrice du Conseil d’État a dernièrement rendu un avis favorable à l’annulation des permis d’urbanisme et d’environnement. Les participants dénoncent l’empressement des constructeurs à bétonner le terrain du Keelbeek en réaction, afin de devancer la décision finale du Conseil d’État. Il s’agit pour eux d’un déni de la démocratie et d’un passage en force : «  Si même la justice n’arrête pas de tels projets non démocratiques, que reste-t-il à part nos corps ? ». Ils déplorent encore l’atteinte à plus de 19 hectares de terres arables et à sa biodiversité alors que l’urgence climatique est au centre des préoccupations.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRITAIN PARLIAMENT EU BREXIT

    Brexit: l’Union européenne attend que Londres lui communique ses intentions

  2. d-20191019-3WR6J0 2019-10-19 19:03:55

    Ahmed Laaouej, président du PS bruxellois

  3. «
Le corps des femmes reste un champ de bataille partout, que ce soit en France, au Maroc, mais aussi aux États-Unis, en Argentine...
», juge Leila Slimani.

    Leïla Slimani: «Le corps des femmes reste un champ de bataille partout»

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite