Quelque 90 activistes bloquent le chantier de la prison de Haren

©D.R
©D.R

Quelque 90 personnes bloquent, depuis ce lundi 6h, le chantier de la maxi-prison de Haren, selon les participants à l’action. Les ouvriers n’ont pas pu prendre leur travail.

Il y a cinq points de blocage aux entrées du chantier. Les activistes sont reliés entre eux par des tubes et attachés aux grilles ainsi qu’à des dispositifs en béton au sol. Différentes banderoles ont été déployées affichant notamment : «  Stop maxi-prison de Haren now ». Une fanfare est également prévue.

Selon les activistes, il n’y a pas eu d’altercation avec les ouvriers. La police était rapidement sur les lieux. «  C’est une action de non-violence active », explique l’un des participants. «  Il est temps d’arrêter de détruire la démocratie, les gens et la nature. La méga-prison est un symbole de cette destruction. Passons à autre chose ».

Les activistes exigent l’arrêt immédiat des travaux. Ils estiment qu’une augmentation du nombre de places dans les prisons entraîne une augmentation du nombre d’incarcérations et ne résout en rien la surpopulation carcérale et la récidive. L’action « Stop Maxi-Prison Now ! » prône la fin du système carcéral et déplore les coupes de subsides pour la justice et les alternatives à l’emprisonnement.

Les travaux ont commencé fin janvier. La première auditrice du Conseil d’État a dernièrement rendu un avis favorable à l’annulation des permis d’urbanisme et d’environnement. Les participants dénoncent l’empressement des constructeurs à bétonner le terrain du Keelbeek en réaction, afin de devancer la décision finale du Conseil d’État. Il s’agit pour eux d’un déni de la démocratie et d’un passage en force : «  Si même la justice n’arrête pas de tels projets non démocratiques, que reste-t-il à part nos corps ? ». Ils déplorent encore l’atteinte à plus de 19 hectares de terres arables et à sa biodiversité alors que l’urgence climatique est au centre des préoccupations.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite