Quelque 90 activistes bloquent le chantier de la prison de Haren

©D.R
©D.R

Quelque 90 personnes bloquent, depuis ce lundi 6h, le chantier de la maxi-prison de Haren, selon les participants à l’action. Les ouvriers n’ont pas pu prendre leur travail.

Il y a cinq points de blocage aux entrées du chantier. Les activistes sont reliés entre eux par des tubes et attachés aux grilles ainsi qu’à des dispositifs en béton au sol. Différentes banderoles ont été déployées affichant notamment : «  Stop maxi-prison de Haren now ». Une fanfare est également prévue.

Selon les activistes, il n’y a pas eu d’altercation avec les ouvriers. La police était rapidement sur les lieux. «  C’est une action de non-violence active », explique l’un des participants. «  Il est temps d’arrêter de détruire la démocratie, les gens et la nature. La méga-prison est un symbole de cette destruction. Passons à autre chose ».

Les activistes exigent l’arrêt immédiat des travaux. Ils estiment qu’une augmentation du nombre de places dans les prisons entraîne une augmentation du nombre d’incarcérations et ne résout en rien la surpopulation carcérale et la récidive. L’action « Stop Maxi-Prison Now ! » prône la fin du système carcéral et déplore les coupes de subsides pour la justice et les alternatives à l’emprisonnement.

Les travaux ont commencé fin janvier. La première auditrice du Conseil d’État a dernièrement rendu un avis favorable à l’annulation des permis d’urbanisme et d’environnement. Les participants dénoncent l’empressement des constructeurs à bétonner le terrain du Keelbeek en réaction, afin de devancer la décision finale du Conseil d’État. Il s’agit pour eux d’un déni de la démocratie et d’un passage en force : «  Si même la justice n’arrête pas de tels projets non démocratiques, que reste-t-il à part nos corps ? ». Ils déplorent encore l’atteinte à plus de 19 hectares de terres arables et à sa biodiversité alors que l’urgence climatique est au centre des préoccupations.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite