D1A: le point à cinq journées de la fin de la phase classique

D1A: le point à cinq journées de la fin de la phase classique
Belga

Il ne reste que cinq journées avant la fin de la phase classique de D1A. L’occasion de faire le bilan à quelques semaines du début des Playoffs 1.

1. Genk, solide leader et déjà qualifié

Avec une victoire logique face au Standard, Genk a validé son ticket pour les Playoffs 1. Forts de leurs 57 points, les Limbourgeois sont les véritables patrons de la D1A cette saison. Ils ont remporté cinq de leurs six derniers matches en championnat. Plus impressionnant encore, les hommes de Philippe Clément n’ont subi que deux défaites en 25 matches cette saison en D1A.

2. Saint-Trond, la surprise du top 6

Si l’actuel top 6 est composé des habitués, Saint-Trond fait office de grosse surprise. Contre toute attente, les Canaris sont installés à la 5e place du classement général, à un point du Standard et deux de l’Antwerp.

3. Le Standard en bonne voie

Malgré son revers à Genk vendredi soir (défaite 2-0), le Standard est bien parti pour assurer sa place en Playoffs 1. Les hommes de Michel Preud’homme comptent cinq succès sur leurs sept derniers matches de championnat et possèdent cinq points d’avance sur Anderlecht.

4. Rien de sûr pour Anderlecht

Malgré l’arrivée de Fred Rutten aux commandes, Anderlecht semble toujours en difficulté en championnat. Le club le plus titré du championnat belge se retrouve dans une position délicate à cinq journées de la fin de la phase classique. Les Mauves pointent à la 6e place, synonyme de participation aux Playoffs 1, mais à égalité de points avec La Gantoise. Ils payent les pots cassés après un partage face à Zulte, une défaite au Standard et un autre revers à Gand, son concurrent direct.

5. Charleroi en embuscade

A l’heure d’écrire ces lignes, Anderlecht et Gand sont à égalité de points (38) avec un avantage au niveau de la différence de buts pour les Mauves. Il faudra néanmoins faire attention à Charleroi à cinq journées de la fin de la phase classique. Le match nul concédé samedi soir face à Ostende place les Zèbres à trois unités d’Anderlecht et de Gand. Depuis le retour de la trêve hivernale, les hommes de Felice Mazzù offrent des performances en dents de scie et sont presque dans l’obligation de sortir un sans-faute pour espérer jouer les PO1 cette année.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite