Marine Le Pen confirme un coup de fil entre son garde du corps et Benalla

Alexandre Benalla © AFP
Alexandre Benalla © AFP

Marine Le Pen a confirmé lundi un coup de fil entre son garde du corps Thierry Légier et Alexandre Benalla en juillet, au soir de l’explosion de l’affaire Benalla, soulignant que « le milieu de la sécurité est un milieu extrêmement petit ».

Interrogée sur France Inter pour savoir si elle était au courant de cet appel passé le 18 juillet et rapporté récemment par Le Monde, la présidente du Rassemblement national a dit qu’elle « le savai(t) car (elle) savai(t) qu’ils se connaissaient ». Le milieu de la sécurité est «  un milieu extrêmement petit et quand vous êtes le garde du corps d’un responsable politique de haut rang vous êtes amené à avoir des contacts avec le responsable de la sécurité du président de la République », a-t-elle expliqué.

«  C’est comme ça que je savais et que j’avais la conviction dès le départ qu’il (Alexandre Benalla, NDLR) était bien le responsable de la sécurité d’Emmanuel Macron et pas un porteur de bagage, un type qui réservait les billets d’avion ou je ne sais quelle autre responsabilité que le gouvernement lui a accordé au fur et à mesure de cette affaire », a-t-elle poursuivi.

Mme Le Pen a souligné ne pas avoir connaissance de « la teneur de cet échange » entre les deux hommes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10823764-011

  2. Des leaders de l’AfD ont marché aux côtés de néonazis dans le cadre d’une marche funèbre organisée à Chemnitz en 2018
: «
La mobilisation des partis de droite à Chemnitz s’est faite de manière relativement spontanée.
»

    Quand une chercheuse infiltre les réseaux sociaux de l’extrême droite

  3. Loin de la frénésie du Qatar, Freddy Herbrand n’est nulle part mieux ailleurs que chez lui, à Malmedy, où il a une vue imprenable sur la vallée de Bellevaux.

    Freddy Herbrand, le Belge qui a lancé l’athlétisme au Qatar

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite