Attentat au Musée juif: la radicalisation de Mehdi Nemmouche était visible en prison, selon un témoin

©D.R
©D.R

Mehdi Nemmouche s’est montré très virulent lorsqu’il a été transféré de la prison de Salon-de-Provence, fin 2010. L’administration pénitentiaire française avait décidé de le déplacer pour désorganiser le réseau de détenus radicalisés dont il faisait partie, a rapporté lundi devant la cour d’assises de Bruxelles une responsable de la prison.

Mehdi Nemmouche a été détenu à Salon-de-Provence, en compagnie de Nacer Bendrer et Mounir Attallah, en 2009 et 2010. Sa radicalisation était visible, selon le témoin entendu lundi matin au procès de la tuerie au Musée juif de Belgique. Il portait une barbe importante, très souvent la djellaba et il faisait du prosélytisme, a-t-il précisé.

Tentative d’auto-circoncision

L’administration pénitentiaire était consciente de l’existence du groupe radicalisé. La tentative d’auto-circoncision de l’un d’eux a particulièrement mis en évidence la contagion du phénomène entre détenus, qui devenaient plus distants avec le personnel. Il a dès lors été décidé de transférer Mehdi Nemmouche à Avignon pour faire éclater ce groupe. «  Il s’est montré assez virulent alors qu’il était très calme d’habitude. Il a crié Allahu Akbar », s’est rappelé le témoin.

Quant à Nacer Bendrer, la responsable au sein de la prison n’en ayant pas de souvenir, elle affirme qu’il n’était pas turbulent. Mounir Attallah était lui plutôt affable avec le personnel, selon elle.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Manifestation des jeunes pour le climat en février 2019.

    Réchauffement climatique: la faillite de la démocratie

  2. L’initiative d’AB Inbev sur la contenance des verres de Jupiler va mettre la pression sur les marges des cafetiers.

    Le vrai ou faux: les verres de bière servis dans les cafés vont-ils passer de 25 à 30cl?

  3. L’institution européenne a usé des règles en matière de concurrence pour assurer lutter contre la planification fiscale agressive.

    Apple, Fiat & co: l’heure de vérité pour la Commission

La chronique
  • Réchauffement climatique: la faillite de la démocratie

    Avec les manifestations des jeunes pour le climat, au printemps, certains ont cru que la démocratie allait faire la preuve de son efficacité en matière environnementale. Après des décennies d’aveuglement, d’errance ou d’atermoiement, la priorité climatique, au moins, serait propulsée en tête de tous les agendas politiques, en particulier en Europe avec le scrutin du 26 mai.

    Un thème qui peine à s’imposer

    Les écologistes ont fait des percées remarquables dans certains pays, mais ils n’ont obtenu que 10 % des sièges au Parlement européen, comme si les citoyens ne se résolvaient pas à placer l’environnement en tête de leurs préoccupations malgré le matraquage médiatique sur la question du climat. Il est vrai que les Verts n’ont plus le monopole...

    Lire la suite

  • Nethys: le départ de Stéphane Moreau ne règle pas tout, loin de là

    Et voilà, c’est fait ! La Wallonie a la réponse à la question la plus souvent posée depuis trois ans : « Quand Stéphane Moreau va-t-il quitter la direction de la société liégeoise Nethys ? » Lundi, le président du conseil d’administration Pierre Meyers n’a pas tourné autour du pot : « Vous voulez savoir ? Eh bien on va vous le dire ! En termes crus, quand les opérations de privatisation seront accomplies, il ne sera plus là. On met fin à son contrat sans indemnité, sans parachute et sans...

    Lire la suite