Allocations familiales: Famiwal indemnise les familles lésées mais ne reconnaît pas sa responsabilité

© Mathieu Golinvaux | Le Soir
© Mathieu Golinvaux | Le Soir

Les 120.000 familles wallonnes qui n’avaient pas perçu leurs allocations familiales ce vendredi 8 février sont rassurées  : leurs comptes en banque ont été crédités de la somme due ce lundi, comme annoncé par la caisse publique Famiwal et la banque Belfius, qui continuent à se rejeter la responsabilité de cette erreur.

Si d’aventure des paiements n’arrivaient pas à destination ce lundi, un numéro de téléphone gratuit a été ouvert : 0800-13008.

Ce matin, Françoise Abad Gonzalez, la directrice générale de Famiwal, a annoncé que les foyers lésés percevraient une indemnité de 10 euros dans les prochaines semaines. L’initiative a été validée par Alda Greoli (CDH), la ministre wallonne des Affaires sociales. La directrice insiste sur le fait que ce geste ne vaut pas reconnaissance de responsabilité dans le chef de Famiwal. A noter aussi que la somme de 10 euros est forfaitaire, peu importe le nombre d’enfants à charge.

« Il s’agit d’un geste symbolique », souligne la directrice. L’idée est manifestement d’apaiser la polémique. Famiwal s’est adjoint les services d’un avocat pour faire valoir ses droits dans le litige avec Belfius qui a pris de l’ampleur tout au long du week-end.

La caisse publique confirme sa position en ce début de semaine : en vue du premier paiement « wallon » des allocations, Famiwal dit avoir respecté à la lettre toutes les instructions en provenance de son partenaire bancaire afin que les 170.000 familles dont elle gère les intérêts soient payées en temps et heure, soit le 8 février.

Une vision des choses qui continue à s’opposer à celle de Belfius qui a publié un nouveau communiqué ce lundi matin : « L’analyse détaillée du dossier Famiwal nous permet de re-confirmer que l’origine du problème de paiement se situe au niveau de Famiwal. En effet, Famiwal n’a pas correctement rempli les fichiers de paiement transmis à Belfius, malgré les instructions transmises et répétées à plusieurs reprises, aussi bien oralement que par écrit. »

« De nombreuses réunions ont été organisées entre les représentants de Famiwal et Belfius entre le 8 août 2018 et le 4 février 2019. Les instructions techniques relatives à l’utilisation des codes requis, notamment le code pour les paiements urgents, ont été expliquées et transmises à Famiwal », détaille encore Belfius pour qui « malheureusement, la colonne dans le fichier de paiement transmis par Famiwal à Belfius pour demander un paiement urgent, est restée vide. »

Sur le même sujet
Politique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise un gouvernement bruxellois en pré-campagne électorale

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite