Allocations familiales: Famiwal indemnise les familles lésées mais ne reconnaît pas sa responsabilité

© Mathieu Golinvaux | Le Soir
© Mathieu Golinvaux | Le Soir

Les 120.000 familles wallonnes qui n’avaient pas perçu leurs allocations familiales ce vendredi 8 février sont rassurées  : leurs comptes en banque ont été crédités de la somme due ce lundi, comme annoncé par la caisse publique Famiwal et la banque Belfius, qui continuent à se rejeter la responsabilité de cette erreur.

Si d’aventure des paiements n’arrivaient pas à destination ce lundi, un numéro de téléphone gratuit a été ouvert : 0800-13008.

Ce matin, Françoise Abad Gonzalez, la directrice générale de Famiwal, a annoncé que les foyers lésés percevraient une indemnité de 10 euros dans les prochaines semaines. L’initiative a été validée par Alda Greoli (CDH), la ministre wallonne des Affaires sociales. La directrice insiste sur le fait que ce geste ne vaut pas reconnaissance de responsabilité dans le chef de Famiwal. A noter aussi que la somme de 10 euros est forfaitaire, peu importe le nombre d’enfants à charge.

« Il s’agit d’un geste symbolique », souligne la directrice. L’idée est manifestement d’apaiser la polémique. Famiwal s’est adjoint les services d’un avocat pour faire valoir ses droits dans le litige avec Belfius qui a pris de l’ampleur tout au long du week-end.

La caisse publique confirme sa position en ce début de semaine : en vue du premier paiement « wallon » des allocations, Famiwal dit avoir respecté à la lettre toutes les instructions en provenance de son partenaire bancaire afin que les 170.000 familles dont elle gère les intérêts soient payées en temps et heure, soit le 8 février.

Une vision des choses qui continue à s’opposer à celle de Belfius qui a publié un nouveau communiqué ce lundi matin : « L’analyse détaillée du dossier Famiwal nous permet de re-confirmer que l’origine du problème de paiement se situe au niveau de Famiwal. En effet, Famiwal n’a pas correctement rempli les fichiers de paiement transmis à Belfius, malgré les instructions transmises et répétées à plusieurs reprises, aussi bien oralement que par écrit. »

« De nombreuses réunions ont été organisées entre les représentants de Famiwal et Belfius entre le 8 août 2018 et le 4 février 2019. Les instructions techniques relatives à l’utilisation des codes requis, notamment le code pour les paiements urgents, ont été expliquées et transmises à Famiwal », détaille encore Belfius pour qui « malheureusement, la colonne dans le fichier de paiement transmis par Famiwal à Belfius pour demander un paiement urgent, est restée vide. »

Sur le même sujet
Politique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chaque jour, un «
prix maximum autorisé
» est un plafond, propre à la Belgique, que les enseignes n’ont pas le droit de dépasser. Il est calculé et communiqué chaque jour ouvrable par le SPF Economie.

    Carburant: pourquoi les prix varient-ils d’une station à l’autre?

  2. Des missiles balistiques intercontinentaux RS-24 défilent sur la Place Rouge, à Moscou, le 7 mai 2019.

    Faut-il craindre les «supermissiles» de Vladimir Poutine?

  3. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

La chronique
  • Vous avez de ces mots: {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite