Un «Brexit dur» menacerait plus de 600.000 emplois dans le monde

© AFP
© AFP

Selon des calculs de chercheurs de l’institut IWH, se basant sur l’hypothèse d’un recul de 25% au Royaume-Uni de la demande pour des produits européens, 103.000 emplois seraient menacés en Allemagne et 50.000 en France.

Cependant, pour les emplois concernés, «des licenciements ne sont qu’une option parmis plusieurs» et les entreprises pourraient «essayer de garder les employés» en ayant recours au chômage partiel ou en trouvant de nouveaux marchés, notent les économistes.

Censé quitter l’Union européenne le 29 mars, le Royaume-Uni est en plein flou quant à la forme que prendra ce divorce historique, les députés britanniques ayant massivement rejeté le 15 janvier l’accord négocié pendant de longs mois avec Bruxelles par la Première ministre Theresa May.

Une sortie désordonnée du Royaume-Uni de l’UE, qui se traduirait notamment par l’introduction de taxes douanières, «aurait pour conséquence de désordonner les chaînes de production internationales», explique Oliver Holtemöller, co-auteur de l’étude.

L’étude «se concentre uniquement sur les échanges de biens et services» et ne prend donc pas en compte d’autres conséquences du Brexit, comme par exemple la baisse de la propension à investir ou les effets sur les revenus des ménages.

179.000 emplois directement concernés

Au total, près de 179.000 emplois dans l’Union européenne sont directement concernés par la baisse des exportations, tandis que 433.000 postes supplémentaires sont menacés indirectement, à la fois dans l’UE et dans des pays tiers.

Ainsi, quelque 59.000 emplois sont indirectement menacés en Chine chez des entreprises fournissant des firmes européennes exportant à leur tour vers le Royaume-Uni.

Au Royaume-Uni, le seul impact indirect au sein d’entreprises exportant vers l’UE des parts de biens réimportés dans le pays se chiffre à 12.000 emplois. Une étude publiée en janvier 2018 par le cabinet de recherche Cambridge Econometrics avait estimé qu’au total 500.000 postes au Royaume-Uni étaient menacés par un «Brexit dur».

En Allemagne, l’industrie automobile, pilier de l’économie exportatrice, serait particulièrement touchée, avec 15.000 emplois. En France, le secteur des services aux entreprises sentirait le plus l’impact d’un «Brexit dur», selon les chiffres du IWH.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10823764-011

  2. Des leaders de l’AfD ont marché aux côtés de néonazis dans le cadre d’une marche funèbre organisée à Chemnitz en 2018
: «
La mobilisation des partis de droite à Chemnitz s’est faite de manière relativement spontanée.
»

    Quand une chercheuse infiltre les réseaux sociaux de l’extrême droite

  3. Loin de la frénésie du Qatar, Freddy Herbrand n’est nulle part mieux ailleurs que chez lui, à Malmedy, où il a une vue imprenable sur la vallée de Bellevaux.

    Freddy Herbrand, le Belge qui a lancé l’athlétisme au Qatar

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite