Commerces, écoles, hôpitaux, police, transports: le point sur la grève du 13 février

Commerces, écoles, hôpitaux, police, transports: le point sur la grève du 13 février

Les syndicats ont annoncé une grève nationale le 13 février face à l’échec des négociations salariales . Les syndicats réclament une hausse des salaires, une hausse des allocations et pensions, de meilleures conditions de fin de carrière et de meilleures possibilités de combiner vies professionnelle et privée.

Le Conseil Central de l’Économie a fixé à 0,8 % la marge de progression salariale en plus de l’indexation. Aux yeux des syndicats, cette marge est insuffisante.

Administrations locales, police, pompiers et hôpitaux

La CGSP administrations locales et régionales prendra part à la grève nationale du 13 février, organisée en front commun syndical, a fait savoir le syndicat socialiste. L’impact sur les services fournis sera « assez sensible », selon le syndicat.

Sont concernés entre autres les communes, les CPAS, les provinces, les pompiers, les polices locales et fédérale, les hôpitaux locaux, les intercommunales…

Ecoles

La grève sera aussi couverte dans l’enseignement, même si aucun appel à la grève n’a été officiellement lancé. La situation sera variable en fonction des établissements.

Grève des transports en commun

Tant la SNCB, que les Tec, la Stib et De Lijn ont appelé à débrayer.

La grève, décidée par le front commun syndical CSC-FGTB-CGSLB, touchera le rail dès le 12 février à 22h jusqu’au 13 février, même heure. La SNCB, la société ferroviaire s’attend à ce que près de la moitié des trains circulent mercredi, par rapport à un horaire normal. Depuis mars dernier, un service minimum est en vigueur au sein de la compagnie ferroviaire publique en cas de mouvement social.

► La grève touchera tous les transports en commun

L’aérien fortement touché

Dans le ciel belge, les avions se feront rares, un préavis de grève ayant été déposé auprès de la société en charge du contrôle aérien Skeyes (ex-Belgocontrol). Le syndicat chrétien a également déposé un deuxième préavis de grève chez Skeyes : des actions pourraient survenir à partir du 23 février.

À Charleroi, l’aéroport sera complètement à l’arrêt tandis que celui de Zaventem s’attend à de fortes perturbations. Brussels Airport conseille aux passagers qui ont réservé un vol le 13 février de le déplacer vers un autre jour. Le transport public vers l’aéroport sera aussi perturbé ce jour-là.

La compagnie aérienne Brussels Airlines a, quant à elle, supprimé l’entièreté de ses vols (222) prévus le jour de la grève, changeant par là même les plans de plus de 16.000 voyageurs. Les autres compagnies du groupe Lufthansa (Lufthansa, Swiss, Austrian Airlines, Eurowings) n’ont pas encore pris de décisions par rapport à leurs vols du 13 février depuis et vers la Belgique. Les vols de TUI fly seront en revanche déviés vers les aéroports de Lille, d’Orly, de Maastricht, d’Eindhoven ou d’Amsterdam.

De leur côté, les bagagistes des différents aéroports se croiseront les bras.

Pas d’appel à la grève chez bpost

Les syndicats au sein de bpost ont déposé un préavis de grève en vue de la grève nationale du 13 février mais ils ne lancent pas d’appel à la grève.

« Un préavis de grève est déposé, donc quiconque voudra participer sera couvert » , explique Jean-Pierre Nijns, de l’aile flamande de la CGSP. « Mais nous n’allons pas spécifiquement appeler à participer à la grève pour des problèmes liés à Bpost. »

La distribution du courrier devrait néanmoins être perturbée.

Des magasins également touchés

À Charleroi, des piquets seront également organisés devant les centres commerciaux de Ville 2, City Nord et pour la première fois de Rive Gauche, ont annoncé les syndicats qui faisaient le point sur la mobilisation en front commun.

Aéroport, centres commerciaux, bpost… : l’impact de la grève du 13 février se veut maximal à Charleroi

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Dermagne

    Vente de Voo et de Win: l’Arc-en-ciel reprend le contrôle dans l’affaire Nethys

  2. Dominique Leroy, remerciée par le personnel de Proximus lors de son arrivée au siège de l’entreprise ce jeudi.

    Dominique Leroy a remis Proximus sur le chemin de la croissance

  3. Une vaste opération de démantèlement du réseau IPTV en Europe a permis de fermer plusieurs centaines de serveurs utilisés pour le piratage.

    Le vrai ou faux: existe-t-il des risques pour l’utilisateur de l’IPTV?

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Nethys: le chaos, la clarté et l’hystérie

    La clarté ou le chaos ? Il y a désormais des deux dans le dossier Nethys. Et il va falloir au nouveau ministre de tutelle, Pierre-Yves Dermagne, beaucoup de méthode, de sang-froid, d’expertise et d’indépendance politique pour dénouer ce sac de nœuds.

    Ces derniers mois, c’est l’opacité qui a régné sur la restructuration du groupe liégeois, confisquée par un management, un conseil d’administration, quelques hommes et...

    Lire la suite