Grève nationale du 13 février: la circulation des trains, bus et métros fortement perturbée

© D.R.
© D.R.

La grève nationale du mercredi 13 février, à l’appel des trois principales organisations syndicales (FGTB, CSC et CGSLB), aura des répercussions importantes sur la circulation de la STIB, de la TEC et de la SNCB.

Commerces, écoles, hôpitaux, police, transports : le point sur la grève nationale

Les syndicats appellent à une grève nationale, mercredi, après l’échec des négociations concernant le nouvel accord interprofessionnel (AIP) pour la période 2019-2020. Ils protestent contre la limitation à 0,8 % de la marge d’augmentation salariale pour les deux années à venir.

La moitié des trains devrait circuler

Du côté de la SNCB, la société ferroviaire s’attend à ce que près de la moitié des trains circulent mercredi, par rapport à un horaire normal. La grève commencera le mardi 12 février dès 22 heures jusqu’au lendemain même heure. Depuis mars dernier, un service minimum est en vigueur au sein de la compagnie ferroviaire publique en cas de mouvement social.

Durant les heures de pointe du matin et du soir, la majorité des trains IC circuleront, de même qu’un certain nombre de trains L et S. Pendant les heures creuses en revanche, seul un certain nombre de trains IC prendront le départ.

Les navetteurs sont invités à consulter, dès lundi soir, le planificateur de voyages de la SNCB pour savoir si des trains assureront leurs trajets et pour en connaître les horaires.

Le réseau TEC perturbé dans toute la Wallonie

Le trafic des TEC risque d’être fortement perturbé, prévient la société de transports publics wallons sur son site internet. Seuls 10 % du service seront assurés dans les régions de Mons, du Borinage et du centre tandis que 50 % des bus devraient circuler dans le Hainaut occidental.

Aucune prévision n’est en revanche disponible pour les autres régions. Mais l’entreprise s’attend, de manière générale, « à de fortes perturbations à tous les niveaux ».

La société de transports wallonne invite donc l’ensemble de ses usagers à s’informer avant tout départ et à prévoir une alternative pour leurs déplacements. «  Tous nos services seront à nouveau assurés normalement le jeudi 14 février », souligne-t-elle.

Aéroport, centres commerciaux, bpost… : l’impact de la grève du 13 février se veut maximal à Charleroi

La STIB invite ses voyageurs à trouver une alternative

La Stib s’attend à ce que cette grève interprofessionelle ait également un impact important sur son réseau. La société de transports en commun bruxelloise invite dès lors ses voyageurs à prendre leurs dispositions et à prévoir, si possible, une alternative aux transports publics pour leurs déplacements.

Afin d’informer au mieux les voyageurs de l’état de la situation, la Stib ouvrira son contact center (070/23.20.00) dès 6h mercredi matin. Le site internet www.stib.brussels informera, lui, en continu les usagers, tout comme la page Facebook de l’entreprise (facebook.com/lastib) et le compte Twitter (@stibmivb).

Sur le même sujet
GrèveInternetSociété
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Dominique Leroy, remerciée par le personnel de Proximus lors de son arrivée au siège de l’entreprise ce jeudi. Le parquet, lui, enquête.

    La sortie très chahutée de Dominique Leroy

  2. Pierre-Yves Dermagne

    Vente de Voo et de Win: l’Arc-en-ciel reprend le contrôle dans l’affaire Nethys

  3. Une vaste opération de démantèlement du réseau IPTV en Europe a permis de fermer plusieurs centaines de serveurs utilisés pour le piratage.

    Le vrai ou faux: existe-t-il des risques pour l’utilisateur de l’IPTV?

La chronique
  • Nethys: le chaos, la clarté et l’hystérie

    La clarté ou le chaos ? Il y a désormais des deux dans le dossier Nethys. Et il va falloir au nouveau ministre de tutelle, Pierre-Yves Dermagne, beaucoup de méthode, de sang-froid, d’expertise et d’indépendance politique pour dénouer ce sac de nœuds.

    Ces derniers mois, c’est l’opacité qui a régné sur la restructuration du groupe liégeois, confisquée par un management, un conseil d’administration, quelques hommes et...

    Lire la suite