Une vignette automobile pourrait rapporter 50 millions d’euros par an à la Wallonie

© Le Soir
© Le Soir

L’introduction d’une vignette automobile en Belgique, neutre pour les contribuables mais dont la Flandre ne veut pas, pourrait rapporter 50 millions d’euros par an à la Wallonie, a affirmé lundi, en commission Budget du Parlement de Wallonie, le chef de groupe CDH Dimitri Fourny.

Une proposition de résolution portant sur la question y était examinée. Elle n’a pas été soumise au vote, les parlementaires s’accordant, à l’unanimité, pour poursuivre le débat dans 15 jours, lors d’une commission conjointe réunissant les ministres régionaux du Budget et du Transport.

Comparable à la vignette autrichienne

«  Selon une étude du bureau de consultance Fairway, 7 millions de véhicules étrangers traversent la Belgique chaque année, dont 5,5 millions passent sur les routes wallonnes. Si l’on introduisait une vignette comparable à la vignette autrichienne – vendue 9,20 euros pour une durée de 10 jours, 26,80 euros pour 2 mois et 89,20 euros pour un an – on obtiendrait, après ristourne sur la taxe de circulation afin que le système soit neutre budgétairement pour le contribuable, des recettes de l’ordre de 50 millions d’euros pour la Wallonie », a détaillé Dimitri Fourny.

«  Ces recettes pourraient être affectées à la décongestion de nos villes et de nos routes », a-t-il poursuivi en appelant les parlementaires wallons «  à se saisir sans traîner du dossier et à le porter » afin de faire adopter ce système de vignette.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise la majorité bruxelloise

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite