Une vignette automobile pourrait rapporter 50 millions d’euros par an à la Wallonie

© Le Soir
© Le Soir

L’introduction d’une vignette automobile en Belgique, neutre pour les contribuables mais dont la Flandre ne veut pas, pourrait rapporter 50 millions d’euros par an à la Wallonie, a affirmé lundi, en commission Budget du Parlement de Wallonie, le chef de groupe CDH Dimitri Fourny.

Une proposition de résolution portant sur la question y était examinée. Elle n’a pas été soumise au vote, les parlementaires s’accordant, à l’unanimité, pour poursuivre le débat dans 15 jours, lors d’une commission conjointe réunissant les ministres régionaux du Budget et du Transport.

Comparable à la vignette autrichienne

«  Selon une étude du bureau de consultance Fairway, 7 millions de véhicules étrangers traversent la Belgique chaque année, dont 5,5 millions passent sur les routes wallonnes. Si l’on introduisait une vignette comparable à la vignette autrichienne – vendue 9,20 euros pour une durée de 10 jours, 26,80 euros pour 2 mois et 89,20 euros pour un an – on obtiendrait, après ristourne sur la taxe de circulation afin que le système soit neutre budgétairement pour le contribuable, des recettes de l’ordre de 50 millions d’euros pour la Wallonie », a détaillé Dimitri Fourny.

«  Ces recettes pourraient être affectées à la décongestion de nos villes et de nos routes », a-t-il poursuivi en appelant les parlementaires wallons «  à se saisir sans traîner du dossier et à le porter » afin de faire adopter ce système de vignette.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Image=d-20191006-3WH197_high

    Chemin de fer: une rallonge demandée au futur gouvernement

  • A Bruxelles, les touristes restent trop souvent confinés à l’hypercentre de la ville.

    Par Louise Tessier

    Grands formats

    Grand format – A la recherche d’un tourisme moins polluant, plus responsable, plus durable

  • En 2018, Eurostar a transporté 11 millions de passagers (+7
%).

    25 bougies vertes pour Eurostar

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gordon Sondland, l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, a confirmé dans sa déclaration préliminaire avoir imposé un «
quiproquo (donnant donnant)
» aux autorités ukrainiennes, sur ordre exprès du président américain.

    Destitution: Gordon Sondland, un témoignage catastrophique pour Trump

  2. Un patient infecté qui suit correctement son traitement peut en effet devenir «indétectable» et ne plus représenter de danger d’infection.

    Sida: comment gagner la bataille de la bithérapie

  3. belgaimage-140898853-full

    Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

La chronique
  • Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite