Grève nationale du 13 février: l’aéroport de Charleroi fermé, la moitié des vols supprimés à Brussels Airport

© EPA
© EPA

L’aéroport de Charleroi sera fermé mercredi, jour de grève nationale, a-t-il annoncé lundi en début de soirée dans un communiqué. Au total, 120 vols et 18.000 passagers seront impactés par cette mesure, indique la RTBF.

Grève nationale : la circulation des trains, bus et métros fortement perturbée

Les syndicats avaient déjà laissé entendre, la semaine dernière, que la grève aurait d’importantes répercussions sur les activités de l’aéroport carolo. Un préavis de grève a par ailleurs été déposé chez les aiguilleurs du ciel de Skeyes (ex-Belgocontrol), sans lesquels aucun vol ne pourra décoller depuis le tarmac de Gosselies.

«  Suite aux discussions actuellement en cours chez Skeyes, il ressort que le trafic aérien sera fortement impacté. De plus, de nombreux blocages routiers sont annoncés aux abords de l’aéroport », indique Brussels South Charleroi Airport (BSCA), qui a dès lors décidé de suspendre entièrement ses activités ce jour-là.

Aéroport, centres commerciaux, bpost… : l’impact de la grève du 13 février se veut maximal à Charleroi

L’aéroport offre ainsi la possibilité aux voyageurs de prendre leurs dispositions et de modifier leurs plans selon les modalités proposées par leur compagnie aérienne.

Plus de la moitié des vols supprimés à Brussels Airport

Plus de la moitié des vols initialement prévus sur Brussels Airport sont déjà annulés mercredi. «  Jusqu’ici, 317 des 569 vols prévus ont été supprimés, soit 55 % du trafic total », déclare lundi la porte-parole de l’aéroport, Anke Fransen.

Commerces, écoles, hôpitaux, police, transports : le point sur les perturbations

Vingt-six compagnies aériennes ont déjà annulé pour ce jour-là des vols à destination ou en provenance de Zaventem. Environ 60.000 voyageurs étaient initialement attendus à Brussels Airport mercredi.

Limiter la capacité du trafic aérien à 50%

Skeyes (ex-Belgocontrol), la société en charge du contrôle aérien en Belgique, a décidé de limiter la capacité du trafic aérien à 50% pendant l’action syndicale (du mardi 12 février à 22h au mercredi 13 février à 22h), a-t-elle indiqué lundi soir. «De cette façon, la sécurité aérienne continuera d’être garantie», précise skeyes.

Sur le même sujet
GrèveTransport aérien
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

  2. FRANCE G7 SUMMIT

    G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…

  3. d-20190816-3VKH9V 2019-08-16 15:15:52

    L’Unesco met en garde contre le «Sauvage» de la Ducasse d’Ath et appelle au «respect mutuel entre communautés»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite